Un contrôle efficace des retards et absentéisme

M. Rodrigue Fiossi, Responsable du Service Informatique au MRAI

«La perte de temps annuelle dans l’Administration publique béninoise occasionne un coût d’opportunité dont l’équivalent en termes d’emplois potentiels varie de 10.000 à 13.000 postes à plein temps et en termes monétaires à 73,2milliards de francs CFA», selon un rapport du Conseil Economique et Social en 2006. Dans le souci de combattre le retard et l’absentéisme des agents permanents de l’Etat, un dispositif biométrique a été mis en place au Ministère de la Réforme Administrative et Institutionnelle (MRAI). Après six mois d’expérimentation, l’évaluation de ce nouveau mécanisme de contrôle de la ponctualité et de la présence a permis de constater un changement de comportements des fonctionnaires dudit ministère. Le taux de retard et d’absentéisme est passé de 78,18% à 46,97%.

Retard, mauvais accueil, absentéisme, ce sont là des scènes courantes dont  les citoyens béninois sont victimes dans l’administration publique.  Selon les Etudes nationales de perspectives à long terme sur le Bénin (Benin Alafia 2025), l’administration publique béninoise ne répond pas aux exigences d’une administration de développement En dépit des mesures prises notamment la signature d’un cahier de présence dès l’arrivée au service, certains agents réfractaires continuent leurs mauvaises pratiques.

A retenir

  • Le taux de retard et d’absentéisme est passé de 78,18% à 46,97%
  • Le nom des retardataires et absentéistes est affiché tous les mois. Progressivement, on a constaté une diminution du nombre de retards de 32%.

Le PNUD a appuyé le Ministère de la réforme administrative et institutionnelle, chargé de conduire les différentes réformes devant améliorer la gouvernance au niveau des services et institutions de l’Etat. à se doter en février 2009 d’un dispositif biométrique de gestion de présence des personnels administratifs au niveau de son département. Des appareils biométriques sont disposés à chaque pallier du bâtiment central du ministère et sont reliés par un serveur. Chaque appareil biométrique est composé d’un lecteur biométrique qui utilise une lumière infrarouge, un œil optique, un capteur CCD pour obtenir une image tridimensionnelle de la main.

Le fonctionnement de l’appareil est très simple, nous explique Rodrigue Fiossi, Responsable du Service Informatique du Ministère. Tout d’abord, chaque agent se fait enregistrer : nom, photo et empreintes digitales. On lui attribue un identifiant. Une fois l’enregistrement fait, l’agent est tenu à l’arrivée et à la sortie du bureau, de taper son code, poser sa main pour faire enregistrer au niveau de l’appareil l’heure à laquelle il est arrivé au bureau et l’heure de sortie. Les renseignements sont sauvegardés par le serveur et permettent de faire le point de l’heure d’arrivée et de sortie de chaque agent, de dresser la liste des agents présents, la liste des absents, des retardataires et le nombre total d’heures de travail effectuées par chaque agent pour une période donnée. Le nombre d’heure de travail réglementaire dans l’administration publique est de huit (8) heures par jour, soit 40 heures par semaine. Une lettre de félicitation est adressée aux agents exemplaires, qui ont effectué cette masse horaire ou qui l’ont même dépassée. Le nom des retardataires et absentéistes est affiché tous les mois. Progressivement, on a constaté une diminution du nombre de retards de 32%.

Au sujet de l’efficacité du dispositif biométrique, M.Ignace Houéto, Expert en Gestion du Changement, Leadership et Ethique au MRAI, affirme qu’il est un bon contrôleur de la présence au poste de chaque agent. Il reconnaît toutefois que l’appareil biométrique n’est pas suffisant pour régler le problème de présence au travail, car la masse de travail ouvrée lui échappe entièrement. Des mesures additionnelles comme la mise en œuvre de la généralisation de la gestion axée sur les résultats et l’évaluation des résultats de chaque fonctionnaire basée sur des descriptions de poste clairement définies sont nécessaires.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe