Le Bénin forme les jeunes à l’entreprenariat agricole


Cadette d’une famille de 6 enfants, Cybelle Agossou a décidé de suivre une formation pratique, afin de s'auto employer et de venir en aide à ses parents. Aujourd’hui, à 20 ans, elle est responsable d’une petite entreprise de fabrication de savons et emploie quatre personnes.

Cybelle a suivi une formation de 18 mois au Centre Songhaï de Porto-Novo, la capitale politique du Bénin. Cette institution appuyée par le PNUD et le gouvernement vise à réduire le chômage et le sous-emploi des jeunes en les formant à l’agriculture biologique, la transformation agroalimentaire, la gestion des ressources naturelles, etc. L’accès aux terres, semences, et outils est également facilité pour permettre aux jeunes de se prendre en charge dans leur communauté et éviter l’exode rural.


Après avoir terminé sa formation, Cybelle a démarré son entreprise avec un montant de 100 000 Francs CFA (environ 200 dollars US) prêté par ses parents. « Avec cet argent, j’ai acheté le matériel nécessaire : des moules, la table de découpe, des récipients, des essences, de la soude, etc. », explique-t-elle.

Cybelle ne cache pas sa fierté d’être devenue femme d’affaires. « J’ai produit mon premier savon en septembre 2010. J’ai actuellement sur mon compte une somme de 230 000 Francs CFA (475 USD) après le remboursement du prêt, et surtout, je suis fière d’employer quatre personnes, qui reçoivent chacune un salaire mensuel de 40 000 Francs CFA (82 USD). »

« Songhaï m’a accueillie à bras ouverts », dit-elle, en précisant qu’elle compte partager son savoir-faire avec d’autres jeunes. « J’espère que d’ici peu la pauvreté sera réduite dans notre pays grâce à l’élargissement du programme. »

Le Gouvernement du Bénin vient en effet de signer un accord de financement d’un montant de 51 millions de dollars US avec le PNUD pour renforcer et créer de nouveaux centres à travers le pays. Le PNUD apporte un financement additionnel de 1,5 million de dollars dans le cadre de son programme pays 2009-2013.

« Pour réduire la pauvreté de manière durable, le Bénin doit atteindre une croissance économique de 7% par an au minimum. Ceci se fera seulement à travers une augmentation de la productivité et de la production agricole», souligne Nardos Bekele-Thomas, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Bénin.

Près de 1 500 jeunes seront formés par le Projet Songhaï sur cinq ans. « Quand ils finissent leur cycle de formation de 18 mois, ils savent comment gérer une entreprise », dit Guy Louèkè, responsable de l’administration du Centre de Porto-Novo.

A Retenir

  • Le Bénin est 167è sur 187 au classement à l’IDH du Rapport sur le développement humain 2011.
  • Le taux de pauvreté était de 35,2 pour cent en 2009 contre 28,5 pour cent en 2002.
  • Le secteur agricole représente environ 32 % du PIB et presque 70 % des emplois du pays.(Source: Banque Mondiale)
Publications
Réussir enemble

Il s’agit d’une brochure qui récapitule quelques réalisations du PNUD au Bénin au cours de la période  2004-2009 dans les domaines prioritaires d’intervention à savoir : la lutte contre la pauvreté, la promotion de la bonne gouvernance  et la préservation de l’environnement

Politiques de croissance pro pauvre au Bénin

Cet ouvrage est une synthèse des différentes contributions sur la thématique de la pauvreté, conduites entre 2008 et 2010, sous l’égide du Programme des Nations Unies pour le développement et de l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse économique.

Plus de publications