Au Bénin, un centre de formation pas comme les autres

Des jeunes filles du Centre des Arts et Métiers de la Femme de Parakou en pleine  séance de formation
Des jeunes filles du Centre des Arts et Métiers de la Femme de Parakou en pleine séance de formation (Photo: PNUD)

Dans la plupart des communes du Bénin, la participation des femmes au développement rencontre des difficultés, car les considérations traditionnelles les maintiennent dans un lien de dépendance, d’infériorité persistante et ne favorisent pas leur épanouissement.

Dans le but d’améliorer le statut socio-économique de la femme, la Mairie de Parakou, dans le nord-est du pays, a initié en 2008 le projet du Centre des Arts et Métiers de la Femme de Parakou (CAMPF), qui a reçu  le soutien du PNUD et du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA).

Le centre offre des possibilités de formation dans des créneaux porteurs d'emplois tels que l'agriculture, la transformation agro-alimentaire et la commercialisation. Il offre également des opportunités d'accès aux informations et conseils en santé de la reproduction et en éducation civique.

Aujourd’hui, les femmes formées à Tourou sont à même de mener des activités génératrices de revenus, de se protéger contre les grossesses non désirées et maladies sexuellement transmissibles, de défendre leurs droits, de prendre la parole en public et de s’exercer à la gestion des affaires locales.

A Tourou, à 407 km de Cotonou, la capitale du Bénin, les anciens locaux de l’arrondissement étaient inoccupés depuis la réforme administrative. D’une superficie d’un hectare, le site, qui abrite le Centre des arts et métiers de la femme de Parakou, a été réhabilité par la Mairie avec la contribution de l’UNFPA.

Quelques animateurs du centre devant une salle de formation (Photo: PNUD)
Le PNUD a financé les équipements de base indispensables au démarrage des activités (mobiliers de bureau, matériels et équipements de transformation agroalimentaire dont moulins, concasseurs, rappeuses de tubercule, décortiqueuses, vanneuses, matériels roulant pour le fonctionnement du centre, etc.) et mis en place le cadre institutionnel de gestion du Centre. Il a renforcé les capacités d’une quarantaine de groupements en matière d’organisation communautaire.

Sept personnes ont été embauchées pour assurer l’animation du centre. Le projet a ainsi démarré et cible 1500 femmes. Les groupements villageois sont aussi attendus. Stages, conseils, accès à la micro finance, les idées abondent. L’UNFPA, partenaire de l’opération, s’est engagé pour les formations et conseils en santé de la reproduction.

Le projet a évolué. 405 femmes, membres des groupements ont bénéficié de formations en entreprenariat agricole  et en santé de la reproduction.

En août 2009, 55 jeunes filles déscolarisées et non scolarisées, ont été sélectionnées pour suivre des formations théorique et pratique en techniques de production végétale et animale et transformation agro-alimentaire.

Elles y apprennent également l’alphabétisation fonctionnelle. Au centre de Tourou, les  femmes apprennent à faire des galettes d’arachide qu’elles vendront ensuite au marché, elles apprennent également à décortiquer le riz. Travail du manioc, culture du soja, élevage des lapins: toutes les possibilités d’économie domestique sont offertes.

Les femmes apprennent à monter des plans d’affaires, à rechercher des financements pour leur installation et/ou acquérir une technologie nouvelle. La durée de formation varie d’un à dix-huit mois en fonction des niveaux de formation et des domaines.

A l’issue de leur formation, le CAMFP a déjà facilité l’accès de 48 femmes, issues de 4 groupements, aux microcrédits au plus pauvres octroyés par le gouvernement. En outre, 212 femmes membres de différents groupements féminins sont programmées pour bénéficier de ces crédits.

Les locaux du CAMFP abritent aussi un pensionnat de jeunes filles. Quatre-vingt lits devront être occupés à partir de 2010 par des pensionnaires inscrites pour des formations de longue durée (18 mois).

Le gouvernement  du Benin, à travers le Ministère de la famille et de la solidarité nationale, le Ministère de l’enseignement technique et professionnel et le Ministère en charge de la microfinance et de l’emploi des femmes et des jeunes, apporte des appuis substantiels au plan technique et financier pour l’identification et le suivi des apprenantes. Il intervient également dans la validation du programme et des diplômes à l’issue des formations, et dans l’installation des personnes formées.

Sur cinq ans, ce projet devrait coûter 1 350 000 dollars US. Le PNUD en a promis 490 000, le FNUAP 240 000, la mairie 250 000 et d’autres partenaires 370.000.

En dépit des multiples actions du gouvernement et des partenaires au développement, d’énormes progrès restent à réaliser en matière d‘égalité des sexes et d’autonomisation de la femme au Bénin.

Le pourcentage de femmes élues locales est de 3,2% en 2009 alors que la cible visée en 2015 est de 30%. Par ailleurs, l’indicateur de participation de la femme est actuellement de 0,356 ce qui laisse entrevoir des difficultés pour l’atteinte de  la cible de 1 en 2015.

Le Centre des arts et métiers de la femme de Parakou est un cadre d’expérimentation d’une nouvelle approche de renforcement du pouvoir à la base et du statut socio-économique de la femme.

Cette approche devrait servir d’inspiration et d’incubateur à d’autres initiatives qui contribueront à l’atteinte des objectifs d’amélioration de la condition féminine et d’équité du genre au Bénin.

A Retenir

  • 405 femmes, membres des groupements ont bénéficié de formations en entreprenariat agricole et en santé de la reproduction
  • 48 femmes, issues de 4 groupements, aux microcrédits au plus pauvres octroyés par le gouvernement
  • 212 femmes membres de différents groupements féminins sont programmées pour bénéficier du microcrédit.