Le PNUD et l’Union Européenne appuient le Bénin pour la préservation des forêts galeries

29 oct. 2012

image

Bande de forêts, qui longent les rives de cours d’eau, les forêts galeries, sont menacées au Bénin du fait des différentes activités anthropiques. Pour accompagner le Gouvernement notamment le Ministre de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme dans la conservation de la biodiversité, l’Union Européenne et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont signé le 11 octobre dernier, un accord de financement pour la mise en œuvre du projet d’appui à la préservation et au développement des forêts galeries et cartographie numérique (PAPDGFC).

L’Union Européenne à travers l'Alliance Mondiale contre le Changement Climatique (AMCC) s’est engagée à mettre à la disposition de la République du Bénin, une contribution financière non remboursable de 8 millions d’Euros (5 247 600 000 FCFA), complétés de 300 000 Euros (196 785 000 F CFA) par le PNUD. Ces fonds sont destinés à appuyer les forêts galeries de 13 Communes de la basse vallée de l’Ouémé, et permettront de toucher environ 995 982 habitants. Aussi permettront-ils au Bénin d’actualiser sa base cartographique pour de meilleure planification et prise de décision en matière de développement.

Au plan environnemental, le Bénin est confronté à plusieurs défis notamment la maîtrise et la réduction du taux de dégradation des forêts et des terres, l’amélioration des pratiques et méthodes d’utilisation et de gestion des ressources naturelles (forêts, terres, eaux), la réduction des impacts des changements climatiques surtout des inondations sur les milieux et les populations vulnérables, etc.

Marcel De Souza, Ministre du Développement, de l’Analyse Economique et de la Prospective, a noté à l’occasion de la signature de convention de financement que « ce projet permettra de développer les capacités des communautés locales (Communes) en vue de la préservation de l’environnement et d’une meilleure adaptation aux changements climatiques, ce qui contribuera à la lutte contre les inondations, dont les impacts sont de plus en plus graves. »

Un aspect très important de ce projet, au-delà de la conservation de la biodiversité est qu’il permettra la production de cartographie de base numérique, face aux besoins de données cartographiques actualisées et fiables informant sur les limites actuelles et l’état d’occupation des communes abritant les forêts.

« L’actualisation et la numérisation de la base cartographique du fait du Bénin est d’une importance capitale si nous nous en tenons aux divers usages dans la planification spatiale du développement et les prises de décision pour une meilleure gestion des investissements de développement. », a affirmé Gilbert Poumangué, Représentant Résident Adjoint du PNUD.

Les principaux résultats attendus de ce projet à termes sont les suivantes : l’intensité des inondations dans les communes du bassin du fleuve Ouémé sera limitée, car ces forêts protégées vont développer des puits à carbone et éviter l’étalement des eaux de crue qui causent les inondations dans les communes de la vallée de l’Ouémé; les berges et la végétation dégradées seront restaurées pour éviter l’affaissement des lits du fleuve Ouémé et des cours des affluents immédiats ; la dégradation et l’empiètement des forêts galeries de l'Ouémé vont prendre fin ; des données de système d’information géographique seront produites et utilisées pour le choix des politiques de développement et des activités socio-économiques seront menées autour des forêts galeries par les communautés bénéficiaires.