Disposer de données pertinentes sur les impacts des changements climatiques et en estimer le coût

28 déc. 2013

image Photo de famille des participants à l'atelier de renforcements de capacités sur l'économie de l'adaptation des chnagements climatiques. Crédits photo: PNUD Bénin

Les changements climatiques constituent une menace pour le développement durable. L’une des contraintes pour lutter contre ce phénomène réside dans l’évaluation du coût économique qu’il induit. C’est pour renforcer la résilience du Bénin à travers l’intégration des prévisions économiques de l’impact du climat dans les politiques de développement, que le Programme des Nations Unies pour le développement a organisé en collaboration avec plusieurs ministères sectoriels du 26 au 27 décembre 2013 à Grand-Popo, un atelier national de lancement du processus de renforcement de capacités.

« Le processus de l’économie de l’adaptation aux changements climatiques vise donc à disposer des données et informations pertinentes, afin de mettre en place un cadre susceptible de cerner les impacts des changements climatiques et en estimer le coût », a indiqué le Représentant Résident Adjoint du PNUD, Gilbert Poumangué. La mise en place d’un système d’alerte précoce est l’une des mesures d’adaptation. Mais pour se convaincre de sa rentabilité ou non, il s’avère nécessaire de l’évaluer sur le plan économique et de voir ses avantages comparatifs. M. Poumangué a exhorté les experts nationaux pour que des pistes de solutions soient dégagées pour la prise en compte de la dimension économique dans les stratégies d’adaptation aux changements climatiques. Cela permettra d’intégrer la résilience climatique à la planification du développement.

Dans son mot de bienvenue, le Directeur Général de l’Eau, Souradjou Nouhoun-Touré a rassuré du rôle de sa direction en tant que Chef  de file du Projet sur les systèmes d’alerte précoce pour faciliter le déroulement du processus de renforcement de capacités.


Les changements climatiques affectent plusieurs secteurs et entraîne d’énormes pertes et dommages. En 2010, le Bénin a été durement touché par les inondations avec plus 680.000 sinistrés et 46 morts à travers le pays, et a eu au plan économique un impact estimé à plus de 127 milliards de FCFA et une baisse du taux de croissance du PIB de l’ordre de 0,8 point.

 

 « Dans l’UEMOA, les prix des produits alimentaires ont connu une hausse de 1,4% en 2011 et de 3,8% avant de connaître un léger fléchissement en 2013 pour s’établir à 0,8% sur les douze derniers mois », a précisé M. Fulbert Géro Amoussouga, Ministre à la Présidence de la République chargé de la coordination des politiques de mise en œuvre des Objectifs du Millénaire pour le développement et des Objectifs de Développement Durable (ODD). Au regard de cette situation, il est hors de question que l’on se laisse surprendre  par les événements, a laissé entendre le Ministre Amoussouga, d’où la nécessité d’échanger sur les approches et la méthodologie d’intégration des changements climatiques, de leurs effets dans les instruments de politique économique.

 

Au niveau du secteur de la santé, la question des changements climatiques revêt également une importance capitale. La Ministre de la Santé, Dorothée Kindé Gazard a affirmé que plusieurs maladies au Bénin résultent des conséquences des changements climatiques. Elle a plaidé pour le transfert de fonds aux communes pour la prise en charge des questions d’hygiène et d’assainissement au niveau local.

 Cet atelier de renforcement de capacités a regroupé plusieurs experts: des climatologues, des hydrologues, des agronomes, des économistes, des spécialistes de santé, de politiques de développement, etc. Ils ont eu droit à une série de communications sur l’utilité de la modélisation économique des impacts du climat, les modèles  d’estimation et d’analyse des coûts et bénéfices, sans oublier l’intégration des changements climatiques dans la préparation du budget général de l’Etat. L’accent  a été aussi mis sur les opportunités d’intégration des stratégies d’investissement sans regret ou à faibles regrets au processus du Plan National d’Adaptation aux changements climatique en cours d’élaboration avec l’appui du PNUD.

A l’issue des travaux de l’atelier, il a été élaboré un plan de renforcement des capacités et identifié les secteurs et domaines d’activités devant faire l’objet de prévisions économiques.