Les populations des villages du Millénaire de Banikoara commencent à avoir de l’espoir

03 févr. 2014

imageLes élèves de l'école primaire de Founougo très contents d'accueillir la visite des partenaires du Projet Villages du Millénaire. Photo: PNUD Bénin / Elsie Assogba

Le Ministre du développement et de l’Analyse Economique et de la Prospective, Marcel A. de Souza,  l’Ambassadeur du Japon près le Bénin, Daini Tsukahara, Madame le Représentant Résident par intérim du PNUD, Odile Sorgho-Moulinier et le Maire de la Commune de Banikoara, Bio Jean Bio Bougo, tous accompagnés de leurs collaborateurs se sont rendus le 31 janvier 2014 dans les villages de Founougo et Kandérou pour apprécier le niveau d’atteinte des objectifs du projet à la fin de la première sous-phase.

Plusieurs réalisations socio-communautaires du PVM ont été visitées. A Founougo, la délégation s’est rendue d’abord au magasin de warrantage, où sont stockés des sacs de vivriers de près de 200 tonnes, dégagés par les producteurs après la récolte, puis à la maison des jeunes et enfin à l’école primaire de Founougo, où les écoliers, dans une grande allégresse, ont accueilli la délégation.

La visite s’est poursuivie à Kanderou : visite de l’école primaire de Kokéra, du réfectoire des élèves en  construction, des logements prévus pour les enseignants, un forage muni de pompe à motricité humaine, une unité de plateforme multifonctionnelle, l’école maternelle et le site de la Zone d’Aménagement Concerté (ZAC). Cet espace communautaire d’une superficie de 9 ha a pour objectif d’installer des équipements collectifs. Elle va offrir très prochainement plusieurs services sociaux de base à savoir :  la maison des enseignants, un centre d’animation, un centre de transformation des produits agricoles et fruits tropicaux, un centre artisanal, une auberge touristique à l’entrée du parc W, un terrain de sports, un réseau d’électrification rurale avec des panneaux solaires, un zoo, etc.

Des résultats encourageants
Le Chargé de Projet PVM, Kassim Issiaka, a présenté les activités réalisées de juillet 2011 au 31 décembre 2013 par le PVM, dont l’objectif est de réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les villages de Kandérou, Founougo A et Founougo B. Les interventions du projet touchent environ 15 000  bénéficiaires répartis dans les trois villages précités et couvrent les huit (8) OMD à travers six domaines à savoir : l’agriculture, l’éducation, le genre, la santé, l’environnement durable (eau, énergie et assainissement) et le développement de partenariat.

Dans le domaine de l’agriculture, le PVM a contribué à l’amélioration des rendements et à la production des cultures comme le riz et le maïs à travers l’introduction des techniques d’amélioration de la fertilité des sols, la construction d’infrastructures de stockage pour les producteurs, l’organisation et le renforcement des capacités des producteurs. On a noté une augmentation des rendements qui sont passés de 1,2 tonne à 3,5 tonnes à l’hectare pour le riz ; de 1,4 tonne à 2,1 tonnes à l’hectare pour le maïs.

 Au niveau de l’éducation, il y a une amélioration de la scolarisation des filles et des garçons dont l’effectif est passé de 2919 à 4062. Par ailleurs, le taux de réussite aux examens de fin d’année notamment au Certificat d’Etudes Primaire en 2012 et 2013 s’est amélioré passant de 27,52% à 85,97%.

 En ce qui concerne la santé, on note une amélioration du taux de fréquentation des formations sanitaires et le rapprochement des formations sanitaires des usagers.

 Dans les secteurs de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement et de l’environnement, il est observé une amélioration de l’accès à l’eau potable (réalisation de 22 forages munis de pompe à motricité humaine) ; l’assainissement du cadre de vie avec la construction de latrines publiques.

 En ce qui concerne la promotion du genre, on note la diversification des sources de revenus des femmes, la réduction de la pénibilité des activités de production et de transformation agroalimentaire chez les femmes.

Les investissements ont coûté un montant de 3,5 milliards. La  contribution du Japon s’élève à 2,5 milliards Fcfa, celle du Gouvernement et du PNUD est évalué à 1 milliard Fcfa.

 Une grande satisfaction des partenaires Les membres de la délégation ont été très satisfaits des réalisations visitées, les infrastructures achevées, celles en cours de réalisation, ainsi que les activités économiques appuyées par le projet.

« Je suis très impressionné d’avoir constaté que le PVM a réalisé beaucoup de choses. […] Ce  sont des résultats concrets et encourageants. Que cela fasse école dans les autres localités», a déclaré l’Ambassadeur du Japon près le Bénin, Daini Tsukahara. Il a salué le gouvernement du Bénin pour son engagement à relever le défi des OMD et remercié le PNUD pour son appui dans la mise en œuvre de ce projet.

 Le Ministre en charge du Développement a noté avec satisfaction les progrès quantitatifs et qualitatifs induits dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de l’agriculture, de l’eau et assainissement induits au niveau des villages, Founougo A, Founougo B et Kandérou de Banikoara par le PVM. Il a lancé un appel à tous les partenaires techniques et financiers à emboiter le pas au Japon et au PNUD pour soutenir le gouvernement dans l’opérationnalisation des autres villages du Millénaire.

 Madame le Représentant Résident du PNUD s’est félicitée du partenariat dynamique entre le Gouvernement, le Japon et le PNUD. Elle a remercié le Japon pour la confiance placée au PNUD pour la gestion des ressources financières du PVM.  « Au regard des réalisations du PVM, que nous venons de visiter en partie et au regard des perspectives, vous convenez avec moi que nous pouvons augurer d’une bonne atteinte des OMD d’ici peu de temps », a-t-elle affirmé.

 Des  perspectives pour la 2ème phase du projet
Au cours de la 2eme phase du PVM, qui commence à partir de janvier 2014, l’accent sera mis sur l’autonomisation des acteurs de Banikoara par le biais d’une plus grande responsabilisation et d’un plus grand leadership des comités de gestion des différentes infrastructures et des mécanismes socioéconomiques mis en place.

La réalisation des infrastructures sera poursuivie avec l’installation de panneaux solaires pour l’électrification des villages, l’achèvement de la construction des réfectoires au niveau des écoles, la construction de la clôture de la maternité et d’un dispensaire sans oublier les réalisations de la ZAC.

 A cet effet, le Ministre de Souza a plaidé auprès de l’Ambassadeur du Japon pour que la 2ème tranche du financement soit libérée au plus tard fin février 2014 en vue de l’opérationnalisation de la 2ème phase du projet.

 « Au-delà des filets sociaux, la seconde phase ferait bien de s’appesantir sur la promotion d’activités économiquement viables et la facilitation de l’accès à des opportunités économiques et à la micro finance qui conduiront les ménages locaux à une meilleure prise en charge d’eux-mêmes », a souhaité Madame Odile Sorgho-Moulinier.