Le bornage des forêts sacrées pour leur sécurisation

29 mars 2014

imageLes acteurs locaux fortement impliqués dans la sécurisation foncière des forêts sacrées. Crédits photo: PNUD Bénin

La poussée démographique (3,6% par an) crée de plus en plus des besoins en infrastructures de base : écoles, centres de santé, marchés, habitations, champs, etc. Pour y faire face, les populations n’hésitent pas à détruire les forêts et autres réserves. Longtemps protégées du fait de leur caractère sacré, certaines forêts n’échappent plus à l’empiètement et à la dévastation. Pour limiter ces pressions et conserver la biodiversité, dans certaines communes, le Gouvernement a initié le projet d’Intégration des Forêts Sacrées dans les Aires Protégées.

Le Projet d’intégration des Forêts sacrées dans le système des Aires Protégées au Bénin (PIFSAP) initié en 2011 a pour finalité d’accompagner l’intégration  dans le réseau des aires protégées, une soixantaine de forêts sacrées comme des aires communautaires.

Il s’agit, de définir avec les communautés autochtones, des modes d’exploitation alternatifs  capables de réduire les pressions exercées sur les forêts, tout en assurant leur subsistance : mise en place de jardins botaniques, valorisation éco touristique, petit élevage, promotion d’activités culturelles,…..Ce projet appuyé par le Fonds pour l’Environnement Mondial et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) adopte une démarche participative dans l’intégration des forêts sacrées dans les aires protégées du Bénin.

Plusieurs actions sont menées; il s’agit  des études de référence de la biodiversité existante dans chacune des forêts, de la cartographie, de la délimitation et du bornage des forêts.

Pour la sécurisation foncière des forêts sacrées, il est procédé à leur reconnaissance contradictoire, de leurs limites et de leurs délimitations avec des bornes en bétons armés. Le bornage a été réalisé dans 36 communes sur les 77 du Bénin. Désormais, ces forêts sacrées disposent d’un document graphique spécifiant la superficie actuelle de la forêt, reconnue par tous les acteurs et limitrophes, les limites des propriétés riveraines, les coordonnées géographiques des bornes implantées et les distances entre les bornes. Cette opération limite les empiètements sur les superficies des forêts sacrées et permet la conservation de la biodiversité qui s’y trouve.

L’activité a consisté à solliciter le service d’un expert géomètre qui met à disposition des techniciens et animateurs. Ces animateurs ont pour rôle d’informer et de sensibiliser tous les acteurs (Gestionnaires des Forêts Sacrées notamment les membres du Comité Local de gestion des Forêts Sacrées, les élus locaux, les dignitaires…) impliqués  dans le processus de l’aménagement des forêts et sur le bien fondé du bornage des forêts sacrées. Le processus étant participatif et multi-acteurs, il garantit la pleine adhésion des diverses parties prenantes.

Les opérations d’implantation de bornes se sont déroulées avec le consentement des limitrophes et le soutien du comité de délimitation tout en s’appuyant sur les points dont les coordonnées avaient été déterminées par les travaux de cartographie.