Journée Mondiale de lutte contre le Sida : Au Bénin, l’épidémie du VIH est sous contrôle

1 déc. 2014

Une seance de depistage du VIH. Credits photo: Elsie Assogba / PNUD Benin

La Journée Mondiale de lutte contre le Sida, édition 2014 a été célébrée ce 1er décembre 2014 au Palais des Congrès de Cotonou sous la présidence du Dr Boni Yayi, Chef de l’Etat, Président du  Comité National de Lutte contre le sida (CNLS).

La situation épidémiologique et la réponse nationale au VIH présentées par le Dr Ali Imorou Bah Chabi, Coordonnateur Adjoint du Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS) montrent une stabilité du taux de prévalence autour de 1,2% depuis 2006.  En 2014, 97% des enfants nés de mères séropositives et mises sous antirétroviraux (ARV) ont été épargnés du VIH. On note par ailleurs que l’épidémie frappe la couche juvénile notamment les jeunes âgés de 30 à 34 ans et trois femmes contre deux hommes. Le budget annuel alloué à la prise en charge des personnes infectées est passé de 800 millions Fcfa en 2012 à plus de 2 milliards Fcfa en 2014.

Le Ministre de la Santé, Madame Dorothée Kinde Gazard a  remercié les différents acteurs impliqués dans la lutte contre le sida, le personnel de santé, la société civile pour la prévention et les soins apportés aux patients et lancé un appel à tous pour soutenir le plan stratégique 2015-2017.

Madame Rosine Sori Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Bénin a salué les progrès accomplis grâce au leadership du Président de la République. « Je puis vous rassurer la disponibilité de tous les partenaires techniques et financiers à accompagner  les efforts nationaux dans la sécurisation et la pérennisation de la réponse nationale afin de stopper les nouvelles infections au VIH, de prévenir les décès liés au sida et d’éliminer la discrimination et la stigmatisation », a-t-elle affirmé.

Pour que les acquis actuels soient préservés, Madame Rosine Sori Coulibaly a souligné la nécessité de mobiliser des ressources additionnelles aux ressources du Fonds Mondial, la principale source de financement du VIH/Sida au Bénin, une stratégie novatrice de financement de la réponse devrait être mise en place ; d’accorder une attention particulière à la prise en charge des enfants infectés par le virus du sida, par un accès accru au traitement antirétroviral salvateur ; d’engager les autorités décentralisées dans la réponse au VIH, car les groupes moteurs de l’épidémie sont concentrées dans les grandes villes, etc. Enfin, elle a délivré le message de Ban Ki-mon, Secrétaire général des Nations Unies, qui appelle les dirigeants du monde entier à rejoindre l’effort collectif, celui d’œuvrer ensemble pour éradiquer le sida d’ici à 2030.

Dans la lutte contre le VIH au Bénin, des défis restent à relever notamment le renforcement de la couverture des patients ayant besoin d’ARV, le renforcement des interventions communautaires dans le respect des droits humains, le renforcement du suivi biologique des personnes vivant avec le VIH (PVVIH).

Pour y faire face, un nouveau plan  national stratégique pour la période 2015-2017 a été lancé ce jour. Dr Sonia Boni, Secrétaire Permanent du CNLS a présenté le contenu de ce plan, qui recentre les efforts sur les interventions à haut impact et comporte quatre (4) axes stratégiques à savoir la prévention de la transmission sexuelle et sanguine ; l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ; la prise en charge globale des PVVIH et des orphelins du sida ; la gouvernance, le suivi évaluation et le renforcement des systèmes de santé.

La mise en œuvre du nouveau plan stratégique nécessite un financement de plus de 51 milliards de Fcfa et permettra de réduire d’ici à 2017 de 30% de nouvelles infections.

« Mon Gouvernement poursuivra ses efforts pour la mise à disposition de plus de moyens », a déclaré le Président Boni Yayi.

Il faut signaler que la  célébration de la Journée Mondiale de lutte contre le Sida a été couplée avec la tenue de la 8ème session du CNLS.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe