Informer les populations pour limiter les risques climatiques

9 sept. 2015

Monsieur Arnaud Zannou, Expert Hydrologue du projet SAP Bénin expliquant le fonctionnement de la station hydrométrique de Cotonou. Photo: PNUD Bénin

Le Bénin tout comme la plupart des pays africains est exposé aux catastrophes dues à des risques climatiques notamment la sécheresse extrême, les vents forts, les pluies tardives et intenses, les inondations et la chaleur excessive. C’est pour limiter les  dommages et dégâts causés par les variations climatiques, les fortes précipitations que le Projet de Renforcement de l’information sur le climat et systèmes d’alerte précoce en Afrique pour un développement résilient au climat et adaptation aux changements climatiques (SAP Bénin) a été mis en place en 2013.

Appuyé par le Gouvernement béninois, le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et le PNUD, le projet SAP Bénin apporte une réponse appropriée aux besoins de renforcement des capacités et d’informations sur les paramètres climatiques qui sont à l’origine des inondations. En cet après –midi du 2 juin 2015, nous nous sommes rendus en barque motorisée à la station hydrométrique installée au niveau du 3ème pont de Cotonou, en compagnie de l’unité spéciale de la police fluviale. Objectif : aller relever le niveau de l’eau au niveau de la station hydrométrique  et donner les informations nécessaires aux populations, pour qu’elles prennent les dispositions idoines pour faire face aux éventualités.

Ce jour-là, près de 120 mm de pluie s’est abattue sur Cotonou. La station hydrométrique installée sur le lac Nokoué affiche un niveau d’eau de 340 cm. Ce niveau d’eau n’est pas alarmant, rassure Arnaud Zannou, Expert Hydrologue du projet SAP. Il  poursuit: « De Savè à Bonou, l’eau met quatre à cinq jours en passant par la station principale de Zagnanado. Si les relevés montrent une tendance haussière, il faut craindre à Cotonou une inondation.  Lorsque le niveau atteint la barre de 380 cm, l’alerte rouge est donnée».  Il ajoute: « Nous mettons à la  disposition des acteurs et des populations, des informations pour des décisions justes et en temps réel face à la menace climatique ».

Sur l’ensemble du territoire national, 40 stations hydrométriques sont installées pour mesurer le niveau d’eau dans les cours d’eaux.

Compte tenu des prévisions agro-hydro-climatiques saisonnières couvrant les périodes Mai-Juin-Juillet, Juin-Juillet-Août et Juillet-Août-Septembre de l’année 2015 au Bénin, les services météorologiques et hydrologiques nationaux en collaboration avec la Direction Générale des Changements Climatiques, se sont concertés pour élaborer des avis et conseils aux populations béninoises.

Ces messages ont été diffusés sur les chaînes de radios et à la télévision nationale au cours du mois de juin 2015 et  visaient à garantir la sécurité alimentaire et une meilleure gestion des ressources en eau. Car, si les agriculteurs se laissent surprendre par des inondations ou des sécheresses, ils risquent de perdre leur récolte et en conséquence la sécurité alimentaire pourrait être menacée.

Les prévisions agro-hydro-climatiques faites montrent que cette année, dans la partie septentrionale du Bénin, les pluies seront  tardives et irrégulières au démarrage. Face à cette situation, il a été conseillé aux agriculteurs de privilégier les variétés à cycle court résistantes à la sécheresse aussi bien pour les cultures vivrières que pour les cultures de rente et d’éviter d’installer les champs très proches des bas-fonds et des cours d’eau.

Cette expérience vient complétée celle déjà été faite avec succès par le Programme National d’Adaptation aux Changements Climatiques pour la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques dans le secteur de l’agriculture et la sécurité alimentaire dans les communes de Malanville, de Sô-Ava, d’Adjohoun, de Ouaké, de Matéri, de Zagnanado, de Ouinhi, de Savalou et de Bopa.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe