Satisfaire la demande énergétique des populations tout en préservant l’environnement

22 nov. 2016

Installation de panneaux solaires dans un village au Sud du Benin. Crédit photo : Giacomo Pirozzi / PNUD Bénin

Malgré les potentialités en énergies renouvelables existantes notamment le solaire, l’éolienne, la biomasse, l’hydroélectricité et le biogaz, le Bénin fait face à un déficit énergétique surtout dans les zones rurales, où le taux d’électrification est faible. Cette situation fait accroître la pression des populations sur les ressources forestières, contribuant ainsi au réchauffement climatique.

Pour satisfaire la demande en énergie tout en préservant l’environnement, le Gouvernement du Bénin à travers le Ministère de l’Energie et des Mines a lancé le 22 novembre 2016 à Bohicon en partenariat avec le Fonds pour l’Environnement Mondial et Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le projet de Renforcement de la résilience du secteur de l'énergie aux impacts des changements climatiques au Bénin dénommé « Projet PANA énergie ».

« Sans énergie, il n’y a pas d’industrialisation, pas d’aménagement du territoire; d’où la nécessité de prendre des mesures résilientes », a déclaré Monsieur Sakariyou Mahman, Directeur Général de l’Energie. Selon lui, la situation énergétique au Bénin est caractérisée par un faible accès des populations aux énergies modernes propres, une surexploitation des ressources forestières, une faible diversification des sources d’énergie. A titre d’exemple, « Pour la fabrication de 20 kg de charbon de bois, utilisé comme combustible dans près de 80% des ménages, il faut détruire 100 kg d’arbre dans la forêt », a-t-il précisé.

Dans le même temps, le pays regorge de potentialités en énergies non renouvelables non encore exploitées avec la possibilité de production de 6,2 Kwh/m² d’énergie solaire par jour. Par ailleurs, il est possible de produire de l’énergie à 700 Megawatt à partir de la biomasse en valorisant 50 % des déchets et résidus agricoles, qui sont pour la plupart du temps brûlés.

Procédant au lancement du projet PANA Energie, Monsieur Jean-Claude Houssou, Ministre de l’Energie et des Mines a affirmé que « ce projet constitue une grande innovation  des mesures d’adaptation au changement climatique pour renforcer la résilience dans le secteur de l’énergie ». Inscrit comme projet prioritaire dans le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) pour la période 2016 - 2021, il contribuera à renforcer la faible capacité institutionnelle et technique dans le secteur énergétique, l’accès limité des ménages à l’utilisation du bois énergie et leur accès aux sources d’énergies renouvelables.

Monsieur Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD a, pour sa part, mis l’accent sur la contribution du projet PANA Energie à l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) notamment l’objectif 7 : garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable, l’objectif 13 : prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions, et l’objectif 17 sur les partenariats au regard de la diversité des actions qui doivent concourir à l’atteinte de ces objectifs. Il a invité toutes les parties prenantes, y compris le secteur privé, à jouer leurs partitions pour que les résultats escomptés soient atteints.

Monsieur Faustin Dahito, Président de l’Association Interprofessionnelle des Spécialistes des Énergies Renouvelables (AISER) du Bénin salue l’opportunité de ce projet et se dit, en tant que membre du secteur privé, fier de travailler aux côtés du Gouvernement pour améliorer la disponibilité énergétique surtout des communautés rurales. « L’énergie est un vecteur de prospérité économique. Elle a toujours été à la base des problèmes climatiques parce que lorsqu’on utilise des énergies non propres, il y a déjection de dioxyde de carbone dans l’environnement, ce qui contribue au réchauffement climatique. Ce projet nous permet d’intégrer la dimension de l’adaptation climatique dans l’offre énergétique », a déclaré Faustin Dahito.

D’un coût global 39 570 000$ US, le projet PANA Energie est cofinancé par le Gouvernement du Benin, la Communauté Electrique du Bénin, l’ONG Good Planet,  le Fonds pour l’Environnement Mondial et le PNUD. Ce projet sera mis en œuvre sur une période de cinq (5) ans et couvre 25 Communes sur les 77 que compte le pays à savoir Djougou, Savè, Ouèssè, Savalou, Dassa-Zoumé, Toukoutouna, Natitingou Zangnanado, Covè, Perere, N'dali, Djidja, Tanguiéta et Kandi, Cotonou, Porto Novo, Parakou, Malanville, Bohicon, Abomey, Bantè, Lokossa, Bassila, Toffo, Abomey-calavi et permettra de toucher directement 14200 bénéficiaires et  indirectement 85200 personnes dont 44304 femmes.