La Société civile béninoise se prononce sur les priorités de développement post-2015

30 avr. 2013

Les consultations nationales avec  les acteurs de la société civile béninoise ont eu lieu le lundi 29 avril 2013 au Palais des Congrès de Cotonou.

Les représentants des organisations de la société civile, des centrales syndicales, du secteur privé ont répondu présents à cette rencontre, qui a été présidée par  le Directeur Adjoint de Cabinet du Ministre en charge du développement, en présence de Madame Nardos Bekele-Thomas, Coordonnateur Résident du SNU et Représentant Résident du PNUD au Bénin et du Représentant du professeur Géro Amoussouga, Membre du panel de Haut Niveau des Nations Unies sur le Programme de développement pour l’après-2015.

Dans son mot introductif, Madame Nardos Bekele-Thomas,  a tout d’abord salué la décision du Conseil des Ministres en date du 26 avril dernier, qui prévoit faire de l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), pour les mille jours restants, la priorité des priorités du Gouvernement béninois, à travers l’élaboration et la mise en œuvre rigoureuse d’une feuille de route au niveau de chaque secteur.

Elle a ensuite adressé quelques mots d’exhortation à l’endroit de la Société civile pour le nouvel agenda de développement : « La réalisation d’un environnement favorable au développement humain ne dépend pas seulement des pouvoirs publics qui peuvent gérer tant bien que mal, et d’un secteur privé qui crée des emplois. Il dépend aussi de la sincérité d’une société civile qui rend plus faciles les interactions sociales, politiques et économiques et qui mobilise des citoyens de telle sorte que ceux-ci participent effectivement aux activités et au processus de prise de décision. »

  C’est à travers les multiples composantes de la société civile qu’un changement s’est opéré au niveau de la gestion politique, sociale et économique dans la plupart des pays dits développés, poursuit-elle.

Le rôle de la société civile a été également souligné par  Monsieur Alain Sato, Représentant du Professeur Amoussouga. « Conscient de l’importance de leur rôle dans la réussite du post-2015, les différentes sociétés civiles rencontrées ont non seulement souscrit à leur rôle traditionnel qui est d’informer et de plaider mais sont allées au-delà pour proposer des solutions alternatives, crédibles, ambitieuses avec des responsabilités pour chaque acteur.», a –t-il affirmé.

Les réflexions et discussions de groupe des participants ont été très riches. A l’issue des travaux, tous les groupes ont admis l’existence de besoins spécifiques à certaines personnes particulières notamment la non marginalisation, le respect des droits des minorités, la justice sociale, la sécurité alimentaire, l’accès à la fonction publique des personnes handicapées et à un emploi décent.

Quant aux problèmes émergents à prendre en compte pour l’amélioration du bien être des populations dans l’agenda post-2015, il a été évoqué :  La satisfaction des besoins fondamentaux, qui sont essentiels pour l’existence ; la faiblesse des prestations sociales et le manque de solidarité sont les principales causes de la situation de souffrance des membres de la communauté ; l’écart de plus en plus grandissant entre les riches et les pauvres, ce qui témoigne de la mauvaise gouvernance ;  l’implication de tous les acteurs internes ou externes, politiques ou non dans l’accompagnement des différents Etats dans le cadre du nouvel agenda ; la nécessité de mettre en place des comités de suivi et d’information des véritables bénéficiaires avec des comptes rendus réguliers.

L’horizon temporel proposé pour l’atteinte des résultats d’un nouvel agenda est 2025.

Enfin, une société civile intègre et forte, qui participe de façon efficace aux instances de régulation et à l’animation de la vie publique a été reconnue comme déterminante pour le programme de développement post-2015.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe