Informer sur le climat pour mieux prévenir les catastrophes naturelles

15 janv. 2014

image(De gauche à droite) le Directeur Général de l’Eau, le Team Leader Environnement, Représentant le PNUD, le Directeur de Cabinet, Représentant le Ministre en charge de l’Eau, le Conseiller Régional Environnement PNUD/FEM. Photo: PNUD Bénin

Le projet Système d’Alerte Précoce (SAP-Bénin) a été officiellement lancé ce jour à l’hôtel Azalaï de Cotonou par le Directeur de Cabinet, représentant le Ministre de l’Energie, des Recherches pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables, en présence des Représentants du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) et d’une centaine de participants venus de plusieurs ministères et structures non gouvernementales.

D’un montant de 18 511 549 US$, le projet SAP-Bénin est appuyé par le Fonds pour l’Environnement Mondial, le Programme des Nations Unies pour le développement et le Gouvernement du Bénin. Il s’étend sur une période de quatre (4) ans et couvre l’ensemble du territoire national. Le principal partenaire de mise en œuvre est le Ministère en charge de l’eau à travers la Direction Générale de l’Eau. Le projet implique les Ministères en charge des Transports, de l'Environnement, de l'Intérieur, de l'Agriculture, de la Recherche Scientifique, l’Université d’Abomey Calavi, les organisations de la société civile comme IDID, Care-International, CRS, Plan-Bénin, CARITAS, le Réseau des Journalistes spécialisés en crise et catastrophes naturelles, l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB), etc.

Dans son mot de bienvenue, Monsieur Souradjou Nouhoun-Touré, Directeur National du projet a présenté les objectifs visés par ledit projet. Il s’agit de renforcer les services en charge des informations sur les risques météorologiques, hydrologiques et océanographiques, afin d’améliorer les processus de prise de décision et la planification à long terme ; d’acquérir de nouveaux équipements de surveillance climatique/météorologique et hydrologique, de réhabiliter les infrastructures existantes; de renforcer les capacités nationales et locales à utiliser efficacement et à diffuser avec efficience les informations/alertes hydrométéorologiques et environnementales.

En effet, les inondations constituent la première des catastrophes naturelles, auxquelles le Bénin est exposé. Malheureusement, le volet « prévision » des catastrophes n’est pas encore été suffisamment développé. C’est ainsi que le PNUD et le FEM ont appuyé le Bénin dans la formulation du Projet SAP-Bénin centré sur les systèmes d’information climatique et d’alerte précoce multirisques dont les inondations et autres risques (sécheresse, élévation du niveau de la mer, vents forts, etc…).

 Pour Monsieur Isidore Agbokou, Représentant le PNUD, « les pertes et dommages enregistrés au cours des dernières années sont d’une ampleur sans précédent et appelle à l’action et à la réflexion sur le moyen et le long terme ». Le projet SAP sera d’un grand apport pour une gestion bien coordonnée et anticipée des secours et des actions humanitaires, a-t-il indiqué. Monsieur Benjamin Laroquette, Conseiller régional Environnement du PNUD/FEM a mis un accent particulier sur le partage de connaissances et des meilleures pratiques entre le Bénin et les autres pays bénéficiaires du programme au niveau de l’Afrique.

Procédant au lancement du projet,  Monsieur Christophe Kaki, Directeur de Cabinet du Ministre en charge de l’Eau a présenté les initiatives et réformes engagées par le Bénin depuis 2010 dans le souci d’une meilleure gestion des inondations. Il a fait remarquer que les catastrophes résultent des perturbations hydrométéorologiques et océaniques  et par conséquent sont prévisibles, si un mécanisme efficace d’information et de traitement des données est mis en place.  Il s’est réjoui du choix du Bénin pour bénéficier de ce projet régional SAP. Il a remercié les partenaires qui appuient le Bénin dans ce cadre et rassuré les participants de la synergie gouvernementale, qui sera maintenue tout le long de la gestion du projet pour l’atteinte des objectifs visés.

La présentation du plan de travail 2014 et sa validation ainsi que les échanges sur l’arrangement institutionnel ont mis un terme aux travaux de lancement du projet SAP- Bénin.