Plaidoyer pour l’accompagnement à l’installation des jeunes gestionnaires de ferme

27 janv. 2014

image Un gestionnaire de ferme travaillant sur le site de Songhaï Zonmon. Photo: PNUD Bénin/ Elsie Assogba

Trois jours après la remise d’attestation de fin d’incubation et de kits à l’installation aux gestionnaires de ferme, le Chef de l’Etat les a reçus au Palais de la Présidence, le samedi 25 janvier 2014 pour échanger avec eux sur l’accompagnement nécessaire à leur apporter en vue de leur installation.

Le Ministre en charge du développement, Marcel A. de Souza et Madame le Représentant Résident du PNUD, Odile Sorgho-Moulinier ont tour à tour fait le point de la mise en œuvre du Projet de Promotion de l’Entrepreneuriat Agricole (PPEA) au Chef de l’Etat. Au total, 200 jeunes ont été formés à l’entrepreneuriat agricole selon le modèle de système intégré de production de Songhaï dont ; 42 jeunes se sont déjà installés à leur propre compte et 16 ont été retenus comme encadreurs après réussite au concours organisé par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche. Le reste a été placé en incubation sur les sites de Kétou et de Zangnanado. 158 ont reçu un kit d’appui à l’installation.

Le porte-parole des jeunes gestionnaires de ferme, Christophe Aballo a remercié le Chef de l’Etat pour les avoir mis sur le chemin de l’entrepreneuriat agricole. Il a plaidé pour la prise de mesures incitatives fiscales, l’adaptation des services et établissements financiers aux exigences du domaine agricole et l’accès au foncier en faveur des jeunes entrepreneurs agricoles.

Madame Odile Sorgho-Moulinier a tout d’abord félicité les jeunes gestionnaires de ferme, considérés comme des privilégiés parmi des milliers de demandeurs d’emploi, puis remercié le Gouvernement pour le fonds de levier d’une valeur de 500 000 Fcfa alloué à chaque jeune. Tout comme le Ministre en charge du Développement, elle n’a pas manqué d’évoquer quelques difficultés auxquelles font face les jeunes : des difficultés d’accès à un financement adapté à la production agricole des primo-entrepreneurs ;  des difficultés d’accès aux marchés et parfois aux marchés locaux face à la concurrence des produits importés et les problèmes fonciers. 

« La résolution de ces problèmes dans une approche concertée, favorisera l’installation de milliers d’entrepreneurs agricoles et permettra d’amorcer la révolution verte au Bénin », a-t-elle indiqué.  Elle a, par ailleurs, proposé des approches de solutions pour l’accompagnement des jeunes entrepreneurs agricoles. Il s’agit notamment de la concrétisation d’un Fonds d’installation et d’appui aux initiatives des jeunes entrepreneurs agricoles ; du soutien à la commercialisation pour des entreprises agricoles émergentes et de l’accès sécurisé au foncier par les jeunes en partenariat avec les Mairies.

Le Directeur du Centre Régional Songhaï, partenaire technique du PPEA s’est fait représenté à la rencontre par le Responsable de la Production, Justin Lekoto. Ce dernier a rassuré de la coopération de Songhaï à travailler à l’éclosion d’un plus grand nombre de jeunes, qui pratiquent une agriculture rentable et compétitive. Pour la phase d’accompagnement à l’installation des jeunes, il a fait observer qu’il faudra investir quatre fois plus de moyens que pour la phase de formation.

Madame le Ministre chargée de la Microfinance, de l’Emploi des Jeunes et des Femmes, Françoise Assogba, a quant à elle,  souligné la disponibilité des Business Promotion Center (BPC) à recevoir les farm managers en fin d’incubation et à les accompagner pour le financement de leur plan d’affaire en partenariat avec les Institutions financières.

Au titre du budget de l’Etat, exercice 2014, 30 milliards de Fcfa, répartis au niveau de plusieurs ministères sont mis à la disposition du Gouvernement  pour faire face au problème de l’emploi des jeunes. Le Directeur Général du Budget a présenté les grandes masses et les projets spécifiques concourant à la résorption du chômage des jeunes.

 Rappelons que 23 milliards Fcfa sont prévus pour la mise en œuvre du PPEA. La mobilisation de ressources se poursuit ; plusieurs partenaires ont déjà manifesté leur intention de financement notamment la Banque Africaine de Développement (30 milliards de Fcfa dont 2 milliards pour le PPEA), et le Fonds International de Développement Agricole.

 Après avoir écouté les uns et les autres, le Chef de l’Etat a rassuré les jeunes de l’appui de l’Etat pour leur installation. Un comité sera mis en place prochainement pour réfléchir aux mécanismes d’accompagnement possibles dans une approche de multi partenariat.