Un nouveau rapport sur les tendances de la pauvreté au Bénin met l’accent sur la nécessité de mieux cibler les zones pour les actions publiques

30 août 2016

L’incidence de pauvreté des ménages dirigés par les femmes est au moins 1,40 fois plus élevée que celle des ménages dirigés par les hommes sur la période 2007-2015. Crédits photo : PNUD Benin/ Giacomo Pirozzi

Au Bénin, la pauvreté s’est accentuée au niveau national, passant de 33,3% en 2007 à 40,1% en 2015. Les différentes actions publiques mises en œuvre ces dernières années en matière de réduction de la pauvreté notamment la gratuité de la scolarité dans le primaire, la microfinance aux plus pauvres, la gratuité des soins de santé pour les femmes enceintes n’ont pas été suffisantes. C’est ce qui ressort d’une étude sur Les tendances de la pauvreté au Bénin sur la période 2007 – 2015  réalisée par l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE) avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), autour de laquelle un atelier technique de réflexions a été organisé ce jour. 

Le rapport recommande un ciblage des zones pauvres pour la mise en œuvre des actions de lutte contre la pauvreté dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD) n°1, 4, 5 et 6. Il s’agit de : (i) éliminer la pauvreté sous toutes ses formes, (ii) assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie, (iii)  parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles et (iv) garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau.

 « Au cours de ce millénaire, l’un des défis majeurs que doivent relever les pays en matière de développement consiste à trouver les moyens de réduire l’ampleur et l’étendue de la pauvreté tout en transformant la structure des économies », a indiqué Monsieur Siaka Coulibaly, Coordonnateur du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Bénin.

Le taux d’extrême pauvreté, à savoir, la proportion de la population disposant de 1,90 dollars par jour (soit 197 653 Fcfa par an) en parité de pouvoir d’achat (PPA) est évaluée à 59,9% en 2015. Cette proportion avec un seuil d’un dollar par jour en PPA était de 51,6% en 2007.

L’étude a permis d’identifier les départements, qui présentent les taux de pauvreté monétaire et non monétaire les plus élevés, il s’agit de l’Alibori, de l’Atacora, du Mono et du Couffo en tant que zones prioritaires en ce qui concerne les actions publiques de lutte contre la pauvreté.

Quatre départements présentent une incidence de pauvreté extrême relativement faible. Il s’agit du Littoral, de l’Ouémé, de l’Atlantique et du Plateau.

Un rapport complémentaire sur les Inégalités et polarisation des revenus des ménages au Bénin révèle :

· que l’écart entre riches et pauvres se creuse : les 10% des ménages les plus pauvres détiennent 2,6%  des revenus en 2015 contre 22,5% pour les 10% des ménages les plus riches  (soit un écart de 19,9 points contre 11,2 points en 2007) ;

· que les inégalités après une baisse entre 2007 et 2011, se sont accrues en 2015 ; une existence de polarisation des revenus.

Les facteurs pris en compte dans l’analyse de la situation de pauvreté sont principalement : (1) le département et le milieu de résidence, les zones rurales étant les plus vulnérables , (2) la taille du ménage, une grande famille étant plus susceptible d’être pauvre en termes monétaires, (3) le niveau d’instruction du chef de ménage, car la pauvreté est décroissante avec le niveau d’éducation,  (4) le sexe, les femmes étant plus pauvres en termes monétaires et (5) l’âge du chef de ménage, les jeunes et le personnes âgés étant plus vulnérables , (6) la branche d’activité et le statut socio-professionnel.

En regroupant les critères de pauvreté, d’inégalité et de polarisation, le rapport identifie 3 catégories de départements et 6 catégories de communes.

Les recommandations en termes de politique économique qui ressortent du rapport, insistent dès lors sur le renforcement des politiques de planification familiale, l’importance de fonder le développement national sur le développement local, une décentralisation et une déconcentration efficaces, le renforcement des politiques d’éducation et de formation professionnelle.

En termes d’investissement, un autre rapport a permis d’identifier les secteurs clés de l’économie béninoise qui peuvent servir de leviers de promotion de croissance, d’emplois et de revenus. L’«agriculture vivrière» et les «industries agroalimentaires » sont les secteurs structurellement clés plus importants  suivis des « activités d’hébergement et restauration », de « transports »; des « autres activités industrielles et manufacturières », de la « sylviculture, exploitation forestière, services annexes » et  du « commerce». Les secteurs émergents sont constitués des « communications » et des «activités financières ».

« Je reste confiant que le fruit des réflexions de cet atelier technique contribuera à nourrir la Stratégie Nationale de Développement en cours d’élaboration et le Programme d’Action du Gouvernement (PAG) en cours de finalisation », a déclaré Siaka Coulibaly.

Les données utilisées pour l’étude des tendances de la pauvreté au Bénin sur la période 2007 - 2015 sont issues des enquêtes EMICOV (Enquête Modulaire Intégrée sur les Conditions de Vie de Ménages au Bénin) réalisées en 2006, 2007, 2011 et 2015 par l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse Economique (INSAE). Ces enquêtes portent sur un échantillon variant de 12 000 à 18 000 ménages représentatifs tant au niveau des 77 communes qu’au niveau du milieu de résidence, qu’il soit rural ou urbain.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe