Le Bénin a célébré la Journée Zéro Discrimination

1 mars 2017

Monsieur Valentin Nassara, Président du Réseau Beninois des Associations de Personnes vivant avec le VIH/Sida plaidant pour la non discrimination des personnes infectées par le VIH/Sida. Crédit photo : ONUSIDA Benin /Polycarpe Toviho

Instituée par l’ONU en 2013 pour célébrer le droit de chacun à vivre une vie pleine et productive, dans la dignité – et cela en dépit de son apparence, ses origines et ses amours-, la Journée Zéro Discrimination a été célébrée pour la première fois au Bénin le 1er mars 2017 à Marina Hôtel de Cotonou avec une forte participation des jeunes. Cette journée a été l’occasion d’attirer l’attention sur l’importance d’éliminer toute discrimination comme une étape essentielle de l’action visant à mettre fin à l’épidémie de sida d’ici à 2030.

Au Bénin, l’enquête index Stigma des Personnes vivant avec le VHI Sida (PVVIH), réalisée en 2015 avec l’appui du Système des Nations Unies (SNU), a révélé une persistance des actes de discrimination à l’endroit  des PVVIH,  surtout celles de sexe féminin du fait de leur statut sérologique ; les professionnels du sexe continuent d’être persécutées par les forces de l’ordre ou de subir des actes de dénigrement de tout genre. D’après les résultats de cette enquête, « 30%  au moins des personnes vivant avec le VIH qui ont été interrogées ont fait l’expérience de renvoi, de suspension ou d’interdiction d’accès dans une structure/maison à cause de leur statut sérologique. De plus, 37 % parmi eux ont perdu leur emploi à cause du mauvais état de leur santé ; 38,4% des enquêtés ont dû changer de lieu de résidence à cause de leur état sérologique ».

« Nous restons confiant et convaincu que l’élimination de la stigmatisation et de la discrimination  contribuera à l’amélioration des conditions d’existence des populations clés », a laissé entendre Valentin Nassara, Président du Réseau Béninois des Associations de Personnes vivant avec le VIH/Sida (RéBAP+).

Pour Monsieur Koudaogo Ouédraogo, Coordonnateur Résident a.i. du SNU, « La stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/SIDA rend difficile l’évaluation exacte de l’expansion de l’épidémie ; elle rend lente la mise en œuvre de la riposte nationale ». Il a lancé un appel à tous à mettre en pratique les textes et lois adoptés, afin de redonner espoir et dignité aux personnes infectées ou affectées par le VIH. 

 « La promotion des droits humains est indispensable à la mise en place de ripostes efficaces et durables au VIH », a affirmé Monsieur Djibril Diallo, Directeur régional de l’ONUSIDA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre.  Depuis 2002, l’épidémie  de VIH est stagnante au Bénin avec une prévalence, qui oscille autour de 1,2%. M. Diallo a salué le leadership des autorités béninoises au plus haut niveau  pour atteindre les 90 -90-90 d’ici à 2020 et mettre fin à l’épidémie du sida d’ici à 2030.

Le Représentant du Ministre de la Justice a souhaité créer la synergie avec les instances pour optimaliser l’impact des actions.

Procédant au lancement de la campagne Zéro Discrimination, Monsieur Denis Courpoutin, Chargé de mission du Président de la République et membre du CNLS a déclaré que : « il est absolument essentiel d’investir dans l’éducation des jeunes femmes et hommes pour la prévention et le traitement du VIH, ainsi que la poursuite des efforts visant à mettre un terme à la stigmatisation et la discrimination ».

Afin de promouvoir et de protéger les droits des PVVIH et populations clés d’ici à 2020, un Plan National de lutte contre la stigmatisation et la discrimination liées au VIH 2017 – 2020 a été élaboré. Il a été présenté par Madame Mouniratou Idrissou du CNLS et comporte six d’axes d’intervention à savoir : Le renforcement institutionnel et juridique, le renforcement des capacités des acteurs, l’autonomisation des PVVIH et populations clés, l’accès aux services de soins et traitement liés au VIH, la prévention positive, le plaidoyer et la communication liés au VIH ; le partenariat et la mobilisation des ressources.

La Journée Zéro Discrimination a été célébrée grâce à l’appui technique et financier de plusieurs partenaires à savoir : le Conseil National de Lutte contre le Sida, la Tuberculose, les IST et les épidémies (CNLS), le Ministère de la Justice, le Ministère des Affaires Sociales, la Fondation Claudine Talon, l’ONUSIDA, le PNUD, le REBAP +, l’Organisation Corridor Abidjan Lagos, l’ABDD et les Organisations de la Société Civile.