Le PNUD lance une étude sur la croissance inclusive au Bénin

19 oct. 2017

L’économie béninoise n’est pas suffisamment inclusive du fait de son instabilité et des inégalités encore persistantes au niveau des jeunes et des femmes surtout en milieu rural. Les inégalités ne feront que se creuser si l’on ne s’attaque pas facteurs, qui sous-tendent les niches de pauvreté et en redistribuant la richesse tout en créant les conditions d’une économie inclusive.

Bien que l’économie béninoise ait connu une croissance annuelle moyenne de 4,3% ces quinze dernières années, elle n’a pas pu inverser la tendance de la pauvreté et réduire les inégalités surtout en milieu rural en matière d’accès à l’éducation entre garçons et filles, aux soins de santé sur le territoire national, à l’électricité, à l’eau, etc. en conséquence, il faut restructurer l’économie pour qu’elle favorise la création d’emplois et permette à chaque individu, indépendamment de sa classe ou de son rang social d’y contribuer et d’en bénéficier.

C’est ce que conclut le rapport sur la Croissance inclusive au Bénin, rendu public le 17 octobre 2017 par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Bénin en collaboration avec le Ministère du Plan et du Développement.

« J’ai la conviction que les options de politiques suggérées par ces études et travaux de recherche permettront d’enrichir et d’élever le niveau des débats dont les fruits contribueront à renforcer les choix stratégiques opérés dans le cadre des politiques et stratégies nationales, que ce soit au niveau national, local et sectoriel, et ce, dans la perspective de la réalisation du Programme d’Action du Gouvernement», a déclaré M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Bénin.

Il est entendu par croissance inclusive est une croissance, qui met l’accent sur l’emploi productif, qui crée de nouvelles possibilités économiques, garantit l’égalité d’accès aux opportunités à tous les segments de la société, assure la protection sociale et le renforcement de la cohésion sociale. La croissance inclusive repose sur deux piliers : la participation au processus de création de richesses et la répartition des dividendes de ces richesses.

Le rapport révèle que la principale contrainte à la croissance économique à court terme concerne le faible niveau de rendement de l’investissement privé, en liaison avec le coût élevé des services d’infrastructure, le faible niveau d’utilisation des avancées technologiques par les entreprises ainsi que les défaillances de l’administration publique, notamment en termes de fiscalité, de lutte contre la corruption, de passation des marchés et d’exécution des contrats.

En outre, le rapport a fait observer, que l’économie béninoise a constamment subi des chocs économiques (crise économique et financière), climatiques (inondation et sécheresse), énergétiques (délestage, réduction des subventions sur le carburant au Nigeria) et la volatilité des cours des matières premières.

Comment assurer une croissance inclusive au Bénin ?

Au Bénin, le problème ne se pose pas au niveau de la participation à la création de richesses, car un peu moins des trois quarts de la population active, soit 72% occupent un emploi de moins de 35 heures et/ou un emploi rémunéré en dessous du SMIG. Mais, la situation est particulièrement préoccupante chez les jeunes et les femmes en milieu rural. Neuf jeunes sur dix (9/10) sont en situation de sous- emploi de même que 9 femmes sur 10 en milieu rural.

Lorsque l’on considère le volet distribution de la richesse, on note que la croissance n’est pas inclusive du fait de la persistance de la pauvreté monétaire liée aux inégalités. Le rapport analyse les liens entre la croissance et l’emploi et constate que les secteurs qui renferment le plus grand nombre d’actifs occupés à savoir l’agriculture, le commerce et la restauration présentent les plus faibles taux de productivité du travail. Or, une faible productivité implique de faibles revenus pour les travailleurs.

L’agriculture est le secteur qui emploie le plus, elle occupe entre 1,2 million et 1,4 million de personnes, soit 44,1% des travailleurs en 2013. Viennent ensuite le commerce et la restauration, 22,7% en 2013. L’industrie manufacturière occupe 11% de la population et les autres services y inclus la fonction publique, qui occupe 12,8% de la population.

Le rapport propose des mécanismes devant permettre une croissance forte, inclusive et durable pour une amélioration sensible des conditions et de la qualité de vie des populations. Il recommande que le capital humain, la gestion macroéconomique et l’intermédiation financière soient renforcés, afin de soutenir la croissance économique à moyen terme.

Le rapport indique que les secteurs du transport et des télécommunications offrent de bonnes perspectives pour la rédaction de la pauvreté et la croissance inclusive. L’industrie manufacturière mériterait également une attention particulière, car elle présente un potentiel de création d’emplois

Contact information

Janvier Polycarpe Alofa : janvier.alofa@undp.org 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe