Lancement du rapport national 2016 de suivi de la sécurité humaine au Bénin

5 mars 2018

Photo de famille des officiels ayant procédé au lancement du Rapport national de suivi de la sécurité humaine au Benin

Le Rapport national 2016 de suivi de la sécurité humaine au Bénin lancé le vendredi 2 mars 2018 Cotonou avec l’appui du PNUD met en relief la perception des différentes composantes de la sécurité humaine par les populations, les menaces auxquelles elles s’exposent et recommande des mesures pour renforcer la résilience des ménages et une meilleure prise en compte de la sécurité humaine dans les stratégies de développement au Bénin.

L’être humain est confronté de nos jours à des défis complexes aussi bien à l’échelle locale, nationale que planétaire. Le traitement parcellaire des problèmes ayant montré ses limites, la sécurité humaine s’est imposée comme la voie de recours, l’approche globale qui prend en compte toutes les dimensions du développement.

Dans le Rapport Mondial sur le Développement Humain 2014, le PNUD avait identifié sept composantes principales à la sécurité humaine correspondant à des types de menaces spécifiques. Il s’agit de la sécurité économique, alimentaire, sanitaire, environnementale, personnelle, communautaire et politique. La sécurité humaine consiste à prémunir les individus contre les menaces à chacune de ces composantes, de manière systématique, complète et préventive. Pour appréhender les manifestations de ces menaces liées à la sécurité humaine dans le contexte spécifique du Bénin, une étude technique est régulièrement réalisée par le Gouvernement avec l’appui du PNUD suivant cette typologie.

« L’avènement de ce rapport participe du dispositif national de suivi et d’alerte sur la sécurité humaine mise en place à la suite de la parution en 2011 du rapport national sur le développement humain au Bénin», a indiqué M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies et Représentant Résident du PNUD au Bénin.  Il a fait remarquer que les fondements de la sécurité humaine et les Objectifs de Développement Durable (ODD) établissent des liens intrinsèques, se renforcent mutuellement et présentent une conception renforcée du développement durable. Pour cette raison, il a émis le vœu que ce rapport soit largement disséminé pour une appropriation généralisée de la sécurité humaine. Ainsi, sa mise en application approfondie permettra d’atteindre les 49 cibles prioritaires des ODD retenus par le Bénin sur les 169 cibles à l’horizon 2030.

« Le rapport qui nous réunit ce jour vient à point nommé pour guider nos actions », a renchéri le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, M. Aurélien Agbenonci. « La sécurité humaine vise à mettre l’individu à l’abri de la peur et des besoins », poursuit-il. Pour atteindre cet objectif, le Bénin devra encore fournir quelques efforts.

En effet, le rapport national 2016 de suivi de la sécurité humaine révèle que 10 communes, sur les 77 que compte le Bénin, sont fortement touchées par l’insécurité humaine. Il s’agit des communes de Karimama, Ouèssè, Djakotomey, Banikoara, Toucountouna, Péhunco, Toffo, Boukombé, Gogounou et Cobly. Pour ces communes, « des initiatives sectorielles à impact rapide seront déployées dans les meilleurs délais, afin de couvrir l’essentiel des risques identifiés », promet le Ministre des Affaires Etrangères et de la coopération. Le projet Assurance pour le Renforcement du Capital Humain (ARCH), le projet d’accès rapide à l’eau potable pour tous d’ici à 2020, le programme de protection des couches vulnérables, le projet d’Appui à la promotion des services financiers, le projet de renforcement de la résilience des moyens de subsistance ruraux et du système de gouvernements locaux aux risques de la variabilité et des changements climatiques au Bénin etc. sont autant de réponses que le Gouvernement essaie d’apporter selon le Ministre Aurélien Agbenonci.

Recommandations

Le rapport de suivi de la sécurité humaine au Bénin présente quelques recommandations à l’endroit du Gouvernement dans le cadre de la protection des populations. 

Au plan économique, il s’agit entre autres de subventionner la production agricole et d’accroître l’offre des intrants, de réduire les impôts et taxes, de lutter contre la hausse des prix et d’assainir les finances publiques.

Au plan alimentaire, créer et renforcer les conditions d’accès aux produits agricoles, renforcer la capacité des agriculteurs sur les techniques culturales et rendre accessibles les terres cultivables.

Par rapport à la dimension sanitaire, renforcer la mise en place des infrastructures et équipements sanitaires et d’assainissement ; renforcer la lutte contre les maladies et la facilitation de l’accès aux soins essentiels et aux soins d’urgence.

Par rapport à la dimension environnementale, renforcer la politique d’assainissement de base, renforcer la politique de reboisement et la lutte contre les pratiques destructives de l’environnement et renforcer la politique d’accès aux ressources en eau potable.

En ce qui concerne la sécurité personnelle, renforcer la sécurité publique et la lutte contre les braquages, vols et renforcer l’électrification des localités.

Par rapport à la dimension communautaire renforcer les mesures pour la cohésion sociale, renforcer la sensibilisation des populations sur la culture de la paix et la promotion du traitement équitable des citoyens.

Enfin, au plan politique, promouvoir la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité, sensibiliser les populations sur les valeurs démocratiques et l’unité nationale.

Le rapport a été officiellement lancé par le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération en présence de ses collègues en charge de la sécurité publique et des affaires sociales, du Médiateur de la République, du Coordonnateur résident du Système des Nations au Bénin et d’un riche parterre de chefs de missions diplomatiques et consulaires, de représentants de la société civile, de chercheurs et diverses autorités politico-administratives.

Contact information

Ginette Mondongou Camara -  ginette.mondongou-camara@undp.org /

Janvier Alofa – janvier.alofa@undp.org

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe