Repenser notre utilisation du plastique

5 juin 2018

Sensibilisation des populations sur les conséquences de la polution plastique et l'utilisation des sacs réutilisables ou biodégradables. Crédit photo : PNUD Bénin

Combattre la pollution plastique en cessant d'utiliser du plastique à usage unique, c’est le message important à retenir de la Journée Mondiale de l’Environnement (JME), célébrée ce jour à Cotonou à l’instar de la communauté internationale.

La commémoration de la JME a été marquée au Bénin par la mise en terre de plus d’un millier de plants de cocotiers sur une superficie de 2,5 hectares à la plage de Fidjrossè, route des pêches à Cotonou, le lancement d’une campagne de récupération des déchets plastiques dans les centres urbains, le lancement d’un concours pour primer la meilleure Ecole sans sachets en plastique et l’information et la sensibilisation de la population sur l’écocitoyenneté, les conséquences de la pollution plastique dans les grands centres urbains à travers une  caravane et la distribution de sacs en tissu et biodégradables.

Selon les statistiques de ONU Environnement, « 50% du plastique que nous utilisons est à usage unique ou jetable. Nous consommons un million de bouteilles en plastique chaque minute. Le plastique représente 10% de tous les déchets que nous produisons ». En effet, la pollution plastique menace nos écosystèmes, la biodiversité et notre santé à un rythme et à une échelle encore jamais vue.

Au Bénin, l’utilisation des sachets plastiques est rentrée dans le quotidien des populations depuis des décennies. Ils sont utilisés pour contenir ou conserver des aliments, de la boisson et jetés après usage dans la nature, où ils jonchent les sols, les plages, le long des rivières et deviennent sources de pollution. Parfois, certains citoyens pensent bien faire en brûlant les déchets plastiques. Mais, l’incinération des sachets plastiques libère dans l’atmosphère un gaz très toxique, qui cause l’irritation des yeux et même dans certains cas le cancer des voies respiratoires. En outre, les sachets sont incubateurs de moustiques, vecteurs de maladies comme le paludisme.

Conscient de ces différentes menaces sur la santé et l’environnement, l’Assemblée nationale béninoise a décidé d’amener les citoyens à un comportement éco responsable. C’est ainsi qu’elle a adopté le 3 novembre 2017 la loi portant interdiction de la production, de l’importation, de l’exportation, de la commercialisation, de la détention, de la distribution et de l’utilisation de sachets en plastique non biodégradables en République du Bénin, qui a été promulguée par le Chef de l’Etat le 26 décembre 2017. 

« Nous lançons le défi de voir disparaître progressivement et définitivement les sachets plastiques de nos vies », a déclaré Monsieur José Tonato, Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable. Il a ajouté que le Programme d’actions du Gouvernement est en parfaite adéquation avec les Objectifs de Développement Durable notamment les ODD 14 et 15 relatifs à la conservation et l’exploitation de manière soutenable des océans, des mers et ressources marines aux fins du développement durable ; et la préservation et la restauration des écosystèmes terrestres.

Monsieur Adama Bocar Soko, Représentant Résident Adjoint du PNUD au Bénin a salué les efforts du Bénin en matière de protection de l’environnement notamment en ce qui concerne la pollution plastique à travers la Loi N° 2017-39 du 26 décembre 2OI7 et bien d’autres mesures. Il a lancé un appel à chaque citoyen de
« s’engager personnellement, afin de combattre la pollution plastique en cessant d'utiliser du plastique à usage unique ».

La célébration a connu la participation du Ministre du Cadre de vie et du Développement Durable, du Chef d’Etat-major des Forces Armées Béninoises, des cadres de plusieurs ministères, du Préfet du Département du Littoral, du Représentant Résident Adjoint du PNUD en sa qualité de Chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur du Cadre de Vie et du Développement Durable, de la GIZ, de plusieurs Unités des  forces armées béninoises, des Organisations de la société civile et des entreprises écocitoyennes comme MTN et ECOBANK.

Contact information

Isidore Agbokou – isidore.agbokou@undp.org 
ou Elsie ASSOGBA – elsie.assogba@undp.org

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe