Allocution du PNUD, Chef de file des PTF à l'occasion de la revue sectorielle de l'environnement, édition 2014

12 mai 2014

imageOdile Sorgho-Moulinier, Représentant Résident a.i. du PNUD Bénin. Crédits photo: PNUD Bénin

Excellence Monsieur le Ministre Chargé de l’Environnement, de la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la protection des Ressources Naturelles et Forestière;
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et membres du corps diplomatique ;
Mesdames et Messieurs les Directeurs centraux et techniques des diverses structures du ministère en charge de l’environnement;
Mesdames et Messieurs

Avant toute chose, nous voudrions vous remercier pour le leadership, dont vous avez fait preuve pour que cette revue se tienne effectivement, malgré toutes les contraintes, qui ont jalonnées son organisation. Je voudrais aussi saluer la présence des partenaires à cet exercice, qui témoigne de l’engagement de tous les acteurs à accompagner le Bénin dans ses efforts pour relever les défis nombreux et multiformes de ce secteur.

La revue annuelle du secteur « Environnement » s’inscrit dans le cadre de la revue annuelle de la Stratégie de Croissance pour la Réduction de la Pauvreté 2011-2015. Elle doit permettre de tirer les leçons de l’action menée et de formuler des recommandations en vue d’améliorer les performances du secteur.

C’est un moment privilégié de concertation et de dialogue entre le Gouvernement et ses Partenaires qui est nourri par une concertation préalable entre PTF, sur la base de documents stratégiques élaborés par le Ministère, chef de file pour la revue. Le mécanisme de préparation de l’édition 2014 de cette revue sectorielle a souffert du retard dans la transmission par le Ministère, aux PTF, des documents de référence (aide mémoire, dossiers techniques). De ce fait, les observations que nous présenterons, en notre qualité de chef de file PTF du secteur environnement, n’ont pas la prétention de refléter une position consensuelle de l’ensemble des PTF du secteur, mais, seulement de faire part des points de vue exprimés par certains d’entre eux, qui ont pu consacrer, malgré un calendrier de fin de semaine très chargé, un temps à l’étude et à l’analyse, avec le chef de file PTF, des documents transmis par le Ministère.
L’exercice d’aujourd’hui devrait permettre de valider ou d’infirmer certaines des observations et recommandations qui vont suivre et de dégager une position consensuelle pour assurer le suivi des recommandations qui sortiront de cette revue. Cela étant, nous tenons à féliciter le  Ministère pour les efforts consentis dans la préparation de cette  documentation pour la revue et à partager avec vous nos observations, sur l’aide-mémoire, notre analyse du secteur et nos recommandations pour l’avenir.

Observations sur l’aide-mémoire

A la lecture de l’aide-mémoire, nous retenons qu’au cours de la période sous revue, des progrès ont été enregistrés dans la mise en œuvre des recommandations de la revue sectorielle de l’année 2012. Parmi ces progrès, il convient notamment de saluer :
. la bonne exécution des dépenses relatives au Programme d’Investissement Public financé, sur ressources extérieures et par le Budget National au cours de la période sous revue;
. l’organisation des réflexions nationales sur la problématique de la transition vers une économie verte, suite aux conclusions et recommandations du Sommet de RIO+20 ;
. la transformation du Fonds National pour l’Environnement (FNE) en Fonds National pour l’Environnement et le Climat (FNEC) ;
. l’information donnée sur les communes ayant verdi leur Plan de Développement Communal (PDC).
Nous avons également apprécié l’énumération informative de l’état d’avancement des projets gérés par le ministère. Il serait cependant intéressant qu’à l’avenir, ces informations soient accompagnées d’une présentation analytique sur l’impact des actions menées, au regard des stratégies poursuivies par le ministère.

Par ailleurs, nous avons aussi noté et apprécié le courage et la transparence avec laquelle le Ministère met en évidence les contraintes et difficultés identifiées qui pèsent sur le secteur notamment:
. la non-adoption à ce jour des actes qui fondent l’existence du département ministériel (Décret portant Organisation, Attributions et Fonctionnement du Ministère ainsi que de ses arrêtés d’application) ;
. le retard dans la nomination des acteurs de la chaîne des dépenses ;
. les conflits d’attribution ; les difficultés de gestion des relations fonctionnelles entre les diverses entités du Ministère.

Analyse du secteur et recommandations pour l’avenir

Tenant compte des limites identifiées par le Ministère et tout en saluant les efforts accomplis, il nous paraît souhaitable d’attirer l’attention et de faire des recommandations sur cinq points (5) à savoir : (i) l’évolution de l’environnement institutionnel du Ministère ; (ii) la politique environnementale du Bénin en général ; (iii) le système d’information et le mécanisme de suivi-évaluation du Ministère; (iv) la prise en compte des changements climatiques dans le Budget général de l’Etat et, (v) la transition du Bénin vers une économie verte.

Evolution de l’Environnement Institutionnel du Ministère

Le Président de la République, Chef de l’Etat et Chef du Gouvernement, dans l’exercice de ses prérogatives constitutionnelles a procédé le 9 août 2013 à un remaniement ministériel. Dans le cadre de ce remaniement, le secteur de l’Environnement a été maintenu avec la mise en exergue des préoccupations relatives à la Gestion des Changements Climatiques, du Reboisement et de la Protection des Ressources Naturelles et Forestières qui figurent désormais dans la dénomination du Ministère.  

Cela nous paraît être une innovation positive dans l’espace institutionnel béninois qui permet d’ériger la gestion des changements climatiques au rang des préoccupations majeures de l’Etat. Pour parachever cette évolution, il nous paraît nécessaire de mettre en place, un cadre institutionnel formel à travers l’adoption du Décret portant attributions, organisation et Fonctionnement du Ministère (AOF), définissant clairement la mission du Ministère, conformément au Décret n°2012-191 du 03 juillet 2012 fixant la structure-type des ministères. Le Décret portant AOF du Ministère devrait permettre de procéder à la nomination aux postes de responsabilités, conformément à la règlementation en vigueur.
Il nous semble également judicieux qu’en partant des défis du Changement Climatique, qu’il soit procédé à l’élaboration d’une stratégie et des perspectives afin de donner une impulsion réelle à l’action de ce nouveau ministère et pérenniser l’innovation institutionnelle dont il est issu.

Politique Environnementale
Il nous paraît important de revisiter, d’actualiser ou d’élaborer lorsque cela est nécessaire, les politiques et stratégies sous-sectorielles relevant de la mise en œuvre des Accords Multilatéraux sur l’Environnement auxquels le Bénin est partie et de les mettre en cohérence avec : les perspectives à moyens et long terme du Gouvernement, le passage des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) aux Objectifs de Développement Durable (ODD) et l’Agenda Post-2015.

Système d’information et mécanisme de suivi-évaluation du Ministère
Nous notons que le Ministère a mis en place un mécanisme de suivi-évaluation qui fonctionne. Nous pensons que, ce mécanisme gagnerait en efficacité si un système d’information, notamment statistique est en place, pour permettre de disposer des indicateurs de type « SMART». Ces indicateurs devraient être en cohérence avec ceux de la SCRP. En effet, l’absence de statistiques rendrait peu fiables, les politiques et stratégies sous sectorielles qui seraient élaborées par le Ministère.

La prise en compte des changements climatiques dans le Budget général de l’Etat
Nous avons noté que le Conseil des Ministres, en sa session du vendredi 17 avril 2014 a adopté un projet de décret portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Commission de modélisation économique des impacts du climat et d’intégration des changements climatiques au budget général de l’Etat.
Nous saluons cette mesure du Gouvernement car, la modélisation économique appliquée aux impacts du climat peut guider les décideurs dans leur choix de mesures à mettre en place.

Nous encourageons le Ministère et toutes les administrations publiques concernées à la prise en compte des Changements climatiques dans les politiques publiques et à travailler à la budgétisation effective des mesures de lutte contre les effets néfastes des changements climatiques.  

Nous encourageons aussi le Ministère en Charge de l’Environnement à coopérer étroitement avec le Ministère de l’Economie et des Finances pour assurer une prise en compte effective et significative des changements climatiques dans le Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuel ainsi que dans le Budget Général de l’Etat Gestion 2015, dans le cadre de la mise œuvre de la nouvelle loi organique portant loi de finances (LOLF).  

La Problématique de la transition vers une économie verte en République du Bénin
Le Bénin, à l’instar des autres pays du monde a pris activement part au Sommet de RIO+20 tenu à Rio de Janeiro (Brésil) du 20 au 22 juin 2012. A l’issue de ce Sommet, les pays ont renouvelé leur engagement en faveur du Développement durable et de la promotion d’une économie verte. C’est en application des conclusions et recommandations de ce Sommet que vous aviez organisé des réflexions nationales sur la problématique de la transition vers une Economie verte.

Nous pensons que la poursuite de la réflexion commencée au Bénin et la mise en œuvre des conclusions et recommandations de cette réflexion restent un défi qu’il convient de relever.

Nous ne saurions terminer ces propos sans attirer l’attention des autorités nationales sur les prochaines échéances internationales relatives à l’environnement et aux changements climatiques. Il s’agit en particulier:
. de la définition des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour l’agenda du développement post-2015, dont le Groupe de travail mis en place par décision 67/555 de l’Assemblée Générale des Nations Unies doit présenter son Rapport au cours de la 68e Assemblée Générale des Nations Unies en septembre 2014.
. l’organisation de la Conférence des Parties à la convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques prévue à Paris en 2015.

Enfin, il convient de souligner que la présidence par le Bénin du Groupe des PMA situe votre pays dans un rôle privilégié pour donner une impulsion aux initiatives internationales sur les changements climatiques.
Nous voudrions pour finir ce propos, vous remercier pour votre disponibilité personnelle dans le pilotage de ce dialogue avec vos partenaires, et vous confirmer notre intérêt et notre souhait à vous accompagner dans l’accomplissement de votre mission pour la promotion du secteur de l’environnement au Bénin.