Allocution de M. Cheikhe Hadjibou Soumaré, Président de la Commission de l’UEMOA au Symposium pour le lancement de l’initiative Africaine d’Education à la paix et au developpement

26 mai 2015

Monsieur le Ministre d’Etat de la République du Bénin,

Monsieur le Professeur Albert Tevoedjre, Président du Centre Panafricain de Prospective Sociale- Institut Albert Tevoedjre,

Excellences, Autorités religieuses et coutumières,

Distingués invités,

 

C’est un grand honneur pour moi de prendre la parole devant un aréopage si distingué à l’occasion du Symposium  international pour le lancement de l’initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel.

Il me plait, à l’entame de mon propos, de saluer très respectueusement le Président de la République du Bénin, Son Excellence Dr Boni YAYI, et le remercier de son aimable invitation ainsi que pour les marques d’attention dont nous sommes l’objet depuis notre arrivée dans cette belle ville de Cotonou.

Qu’il me soit permis, ensuite, d’adresser mes félicitations aux organisateurs du présent symposium international pour lancer l’initiative africaine d’éducation à la paix et au développement par le dialogue interreligieux et interculturel, thématique au cœur des préoccupations des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Evoquant cette thématique, je voudrais, à présent, faire quelques brèves remarques :

Premièrement : je crois utile de rappeler que les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA ont adopté, le 24 octobre 2013, un Acte additionnel instituant la politique commune de l’UEMOA dans le domaine de la paix et de la sécurité. Depuis le 13 février 2015, notre Union s’est dotée d’un Programme stratégique assorti d’un plan d’action pour la paix et la sécurité dans l’espace UEMOA dont le "développement de la culture de la paix" constitue, au demeurant, un des axes majeurs ;

Il faut souligner également que, dans la culture de nombreux peuples de l’espace UEMOA, la paix est une valeur fondatrice dont il importe, aujourd’hui plus que jamais ; d’en faire un acquis permanent dans l’esprit et le comportement quotidien des citoyens comme des leaders. En effet, c’est dans l’esprit même des citoyens et des leaders que se construisent les bases de la paix. C’est donc dans la culture qu’il faut les établir, qu’il nous faut promouvoir et développer l’éducation à la paix pour consolider celle-ci dans notre espace communautaire.

Troisièmement, le développement de la culture de la paix dans l’espace UEMOA consacrera l’appropriation de la problématique de la paix par l’ensemble des citoyens de l’Union. En effet, la paix est une condition essentielle pour l’établissement de valeurs partagées et de la stabilité permanente dans l’espace UEMOA. A cet égard, un projet sera préparé par les Etats membres et exécuté consistant à enseigner dans les établissements secondaires, les instituts d’enseignement supérieur et les universités, la culture de la paix, voire créer des "chaires UEMOA pour la paix" ;

Quatrième et remarque finale : la mise en œuvre de la politique commune de l’UEMOA dans le domaine de la paix et la sécurité s’inscrit dans une dynamique de complémentarité avec l’action de la CEDEAO et de partenariat avec d’autres organisations poursuivant les mêmes buts.

C’est dans  cette perspective que nous attendons avec intérêt de contribuer activement à la mise en œuvre du "Manifeste de Cotonou pour la tolérance, le dialogue et la rencontre" qui sera adopté à l’issue du présent symposium auquel je souhaite tout le succès qu’il mérite.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Que Dieu bénisse notre assistance et les travaux de ce symposium !

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe