Allocution de Madame Rosine Sori Coulibaly, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Bénin à l’occasion de la réunion du comité d’orientation et de pilotage de l’UNDAF 2014-2018

15 déc. 2015

Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un plaisir et un agréable devoir de prendre la parole en ma qualité de Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies à l’occasion de cette deuxième session du comité d’orientation et de pilotage du Plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance  au Développement, communément appelé U.N.D.A.F (United Nations Development Assistance Framework) établi entre le Système des Nations Unies et le Gouvernement du Bénin pour la période 2014-2018.

Le Gouvernement du Bénin a adopté en mai 2013, le Plan cadre des Nations Unies pour l’Assistance au Développement. Cette stratégie constitue une réponse commune des agences du SNU au diagnostic participatif mené en 2013 sur le développement du Bénin. Il repose sur six axes de coopération, que je voudrais me permettre de rappeler ici. Il s’agit de:

  • la Croissance inclusive, l’emploi, la sécurité alimentaire, l’égalité du genre et la protection sociale ;
  • la Santé y compris le VIH/Sida, les Maladies Non Transmissibles, la nutrition, la planification familiale, et l’assainissement de base ;
  • l’éducation de base ;
  • la protection contre la vulnérabilité sociale, les violences et les abus ;
  • la Gouvernance, la  participation et la décentralisation ;
  • la gestion de l’environnement, des crises, catastrophes et du changement climatique.

Le dispositif de suivi évaluation de l’UNDAF a prévu cette session annuelle pour d’une part examiner les principaux résultats enregistrés au cours de l’année 2015 et d’autre part dégager  les orientations pour le plan de travail de l’UNDAF pour l’année 2015.

En termes de résultats,  je voudrais d’ores et déjà noter que plusieurs avancées ont été enregistrées au cours de cette année 2015. Sur le plan institutionnel, nous avons pu adopter et signer conjointement le 13 février 2015 avec le Gouvernement un plan de travail annuel de l’UNDAF et tenir toutes les sessions des différents groupes d’effets.

Nous avons également signé au cours de cette année, deux nouveaux projets conjoints afin d’appuyer le Gouvernement dans l’atteinte de la sécurité alimentaire dans le Couffo et dans sa lutte contre la malnutrition dans les communes de Malanville, et Karimama, portant ainsi à six le nombre de projets menés conjointement par les agences du SNU.

Une macroévaluation, c’est-à-dire une évaluation du système national de gestion des finances publiques, a été réalisée au cours de l’année. Il ressort de celle-ci que l’architecture institutionnelle et juridique du système reste globalement acceptable, mais présente encore des risques fiduciaires importants et appelle à des actions urgentes sur lesquelles nous devrions ensemble travailler.

Au cours de cette année 2015, le SNU Benin a aussi poursuivi ses efforts de transparence et de redevabilité envers le Gouvernement, mais surtout envers la population béninoise. Ainsi, il a été procédé à la mise en place d’une plateforme de suivi en ligne de l’UNDAF, et d’un système de communication par SMS des questions et préoccupations de chacun, à travers le numéro vert 132, permettant ainsi à tout citoyen de s’informer et d’apporter sa contribution au processus de développement.

Enfin, dans le souci de réduire les coûts de transaction et permettre la mise en œuvre de nos programmes à un coût raisonnable, sans pour autant sacrifier la qualité et les impacts de nos interventions, nous avons mis en place au cours de cette année 2015, une stratégie commune de mise en œuvre de nos Opérations.  Cette stratégie encadre désormais les opérations menées conjointement par les agences du SNU au cours de la mise en œuvre de  l’UNDAF.

Tous ces résultats n’ont été possibles qu’avec un leadership et une appropriation renforcés de la partie nationale. Je voudrais saisir cette opportunité pour encourager tous les responsables d’effets à poursuivre leurs efforts dans ce sens.

Mesdames Messieurs,
L’année 2015 a été marquée au niveau international par trois évènements majeurs qui doivent désormais orienter nos interventions au niveau national. Il s’agit, comme vous le savez, de la troisième conférence internationale sur le financement du développement, du Sommet mondial pour l’adoption de l’agenda de développement post-2015, et de la 21ème conférence des Etats parties à la convention des Nations Unies sur les changements climatiques, ou COP21.

Ainsi, au cours de l’année 2016, l’accent sera mis sur les actions suivantes :

  • La consolidation et l’appropriation des bonnes pratiques, tant au  niveau du Système des Nations Unies que de la partie nationale ;
  • L’appui à la domestication des Objectifs du Développement Durable (ODD),  et l’appui à mise en œuvre des décisions de la COP21 ;
  • Le partenariat et la mobilisation de ressources, pour un accompagnement du Gouvernement dans le renforcement du dialogue avec les partenaires techniques et financiers (PTFs) et le secteur privé ;
  • L’appui au Gouvernement pour plus de transparence dans la gestion des finances publiques et dans l’accès à la justice et à l’égalité de droits ;
  • Le renforcement des capacités aussi bien sur le plan institutionnel que des ressources humaines en particulier en matière d’analyse et de pilotage du développement, de mise en œuvre des programmes, et de suivi évaluation ;
  • Le renforcement de la modalité de travail et d’intervention du système des Nations Unies en tenant compte de l’Approche Harmonisée  de remise des espèces aux partenaires de mise en œuvre (HACT) ;
  • La revue de l’UNDAF 2014-2018 (sur la base des résultats de l’évaluation de la SCRP III) et son alignement sur les nouvelles priorités gouvernementales ;
  • Les défis démographiques et la prise en compte du dividende démographique dans la planification du développement.

S’agissant du financement du développement, nous vous proposons de travailler à :

  • la mise en place de partenariats innovants ;
  • la mobilisation des ressources intérieures par le renforcement des capacités nationales de recouvrement ;
  • la lutte contre la corruption et les flux financiers illicites et la mise en place de mécanismes nationaux de contrôle des finances publiques.

Pour ce qui est de la mise en œuvre de l’agenda de développement post-2015, nos actions doivent viser l’appropriation, l’adaptation aux besoins nationaux et l’intégration des Objectifs de Développement Durable dans le processus de planification nationale.

Concernant la COP 21, le SNU a participé, à travers l’action du PNUD et aux côtés des partenaires, à l’élaboration de la contribution nationale du Bénin. Nous nous félicitons de l’adoption d’un accord juridiquement contraignant à Paris. Nous sommes disponibles pour travailler aux côtés de l’exécutif béninois pour faciliter son appropriation au niveau national. Nous ne devons pas perdre de vue les objectifs d’atténuation fixés dans la contribution nationale et la nécessité de mettre en place des mécanismes d’adaptation et de résilience aux effets néfastes des changements climatiques au Bénin.

Excellence Monsieur le Premier Ministre,
Mesdames, messieurs,

J’aimerais enfin préciser que le Système des Nations Unies ne fait qu’apporter une contribution dans l’œuvre de développement du Bénin, et que tout ce qu’il entreprend , se fait en partenariat avec le Gouvernement et avec les autres acteurs au développement, qu’il s’agisse des bailleurs de fonds,  des organismes de coopération, des ONG nationales /internationales, du secteur privé ou des communautés à la base.

Ainsi, je profite de cette occasion pour remercier le Gouvernement et tous les partenaires au développement pour l’esprit de partenariat qui prévaut et surtout l’excellence de la coopération qui unit le Bénin et le SNU. Je ne saurais terminer sans remercier les autorités nationales et leurs collaborateurs, les agences du SNU et nos équipe techniques de même que les partenaires d’avoir consacré leur temps à cette séance.
Ma sincère gratitude va à l’endroit de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre pour son soutien actif au processus de mise en œuvre de l’UNDAF. Son leadership pour la coordination constitue un facteur essentiel dans l’atteinte des résultats.

Je souhaite plein succès à cette session.

Vive la Coopération internationale dans un monde de paix et de solidarité.
Vive le Bénin.
Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe