Allocution de M. Siaka Coulibaly, Coordonnateur Résident du SNU et Représentant Résident du PNUD au Bénin à l’occasion de la 9ème édition du Forum Africain du Carbone, édition 2017

28 juin 2017

Mesdames et Messieurs,

L’honneur m’échoit de prendre la parole ce jour en ma qualité de Coordonnateur des activités opérationnelles du Système des Nations Unies au Bénin, à l’occasion du 9ème Forum d’Afrique Carbone 2017 qui se tient du 28 au 30 juin à Cotonou après celui de Kigali organisé en 2016.

L’organisation périodique des assises du Forum Africain du Carbone constitue un cadre de haut niveau d’échanges d’expériences de tous les acteurs engagés dans la promotion d’un développement à faible intensité de carbone.

 Cette action a stimulé l'intérêt et l'implication de l'Afrique dans le Mécanisme de Développement Propre (MDP) à travers une augmentation de nombre de projets pour atténuer les effets des changements climatiques sur le continent africain.

Il convient aussi de rappeler que ce 9ème Forum africain sur le Carbone se tient dans un contexte international marqué par  l’adoption  du « Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 », assorti de 17 objectifs « ambitieux » pour « transformer notre monde » ; et d’autre part,  l’adoption de l’Accord de Paris sur les Changements climatiques le 12 décembre 2015 à la COP21, suivi de la 22ème Conférence des Parties de 2016 de Marrakech consacrée aux actions à prendre pour la mise en œuvre des décisions la COP21. Ces deux dernières initiatives majeures prises par la communauté internationale, qui sont la suite d’un long processus diplomatique, témoignent entre autre de la volonté des 196 parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques à renforcer les capacités d’adaptation aux effets des changements climatiques et à promouvoir un développement à faible émission de gaz à effet de serre.

La tenue du présent Forum constitue une preuve de mise en œuvre au niveau continental de volonté collective exprimée par la communauté internationale pour changer de paradigme de développement, notamment en faveur des pays pauvres.

En effet, la problématique au niveau mondial sur le changement climatique ne se limite plus à une question d’ordre environnemental mais s’inscrit dorénavant dans une vision, une approche plus large, qui lie étroitement les objectifs environnementaux aux objectifs de développement économique et social. L’agenda de développement 2030 en lien avec l’Agenda 2063 pour l’Afrique et les Objectifs de Développement Durable (ODD) ont réussi à concilier ce triptyque : environnement – économique – et social et qui guide dorénavant les processus de planification du développement dans la plupart des pays notamment africains.

A cet effet, je salue et rends un hommage mérité à la fois au Secrétariat de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques et au Gouvernement du Bénin pour l’organisation de ce forum.

Mesdames et messieurs,

Incontestablement, les Etats Parties d’Afrique agissant à la Convention Cadre des Nations Unies pour les Changements Climatiques renforcent davantage leurs actions climatiques.

Ils s’engagent pour promouvoir des actions de réduction des émissions et des objectifs plus larges du développement durable.  Mais la mise en œuvre de la plupart de ces actions définies et retenues tant dans les Communications Nationales, que dans les Contributions Nationales Déterminées et autres documents cadres, nécessitent d’importants financements publics et/ou privés. Lesquels financements restent difficiles à mobiliser individuellement ou collectivement, par les Etats ou par les ensembles économiques régionaux. Ceci constitue un des défis majeurs à relever par le présent forum durant lequel je souhaite que des approches de solutions soient trouvées et qui alimenteront les débats de la 23ème conférence des parties (COP23) de Bonn en Allemagne prévue du 6 au 17 novembre 2017.

Il n’y a dès lors aucun doute en raison de la présence dans cette salle d’éminentes personnalités et de spécialistes d’horizons divers de renommée internationale. Cela présage déjà d’une bonne réussite des travaux et de l’atteinte des résultats attendus de ce Forum.

Mesdames et messieurs,

Les présentes assisses constituent une plate-forme africaine unique aux décideurs et aux praticiens africains pour :

1.     discuter des derniers développements liés à la politique du changement climatique,  au rôle des futurs marchés de carbone, et à la finance climatique  dans le contexte de développement durable; 

2.     partager les connaissances sur les solutions innovantes dans le contexte des contributions nationales déterminées (NDC) et d'autres stratégies; 

3.     et enfin, explorer les possibilités de collaboration entre parties prenantes, les secteurs public et privé ainsi que les acteurs non partisans d'Afrique et d’ ailleurs, sur les initiatives régionales et mondiales en matière de changement climatique. 

Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,

Je ne saurais terminer mes propos sans encore une fois, adresser mes sincères et vifs remerciements au Président de la République du Bénin et à son Gouvernement pour avoir accepté d’abriter et autoriser la tenue de la 9ème édition du Forum Africain du Carbone à Cotonou. C’est une marque de l’intérêt manifeste à atteindre les objectifs de développement durable, et à mettre en œuvre l’accord de Paris sur le Climat.

Mes remerciements vont aussi aux différents co-organisateurs du présent forum notamment : le Cadre de partenariat de Nairobi, l’UNFCC, la Banque Mondiale, la BOAD, la BAD, l’UNEP, aux Partenaires Techniques et Financiers, aux acteurs de la société civile, aux responsables du secteur privé et à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, n’ont ménagé aucun effort pour préparer ce forum et participer aux présentes assises.

Vive la solidarité internationale !

Vive la Coopération Internationale

Je vous remercie.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe