Allocution introductive de M. Siaka Coulibaly, Chef de file des PTF à l’occasion de la réunion d’échange avec le Gouvernement du Bénin

8 févr. 2018

Excellence Monsieur le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement,
Excellence Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération,
Excellence Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances,
Excellence Monsieur le Conseiller Spécial du Président de la République, Chef du Bureau d’Analyse et d’Investigation,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Directeurs centraux et techniques de l’Administration publique béninoise,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de mission diplomatique accrédités au Bénin,
Mesdames et Messieurs, chers Partenaires,

Avant tout propos, permettez-moi de dire un mot de remerciement à l’endroit de l’ensemble du Gouvernement du Bénin, et particulièrement aux membres du comité de mobilisation des ressources, pour avoir pris l’initiative d’organiser la présente réunion avec les Partenaires techniques et financiers. Cette réunion qui fait suite aux nombreux échanges bilatéraux que nous avons eus avec les membres du Gouvernement, témoigne de la volonté des Autorités béninoises de faire de ce Programme d’Actions un levier pour créer les conditions de croissance et atteindre les cibles fixées dans le cadre de l’Agenda 2030. Au nom de tous les partenaires techniques et financiers intervenant au Bénin, je voudrais vous féliciter Monsieur le Ministre d’Etat et, par-delà, l’ensemble des membres du gouvernement du Bénin pour cet engagement.

Le rapport de mise en œuvre du PAG 2016-2021 au 30 Septembre 2017 que vous avez bien voulu partager avec nous a mis en lumière les nombreux progrès accomplis en matière des mesures de réformes et de démarrage de chantiers sur le front du développement économique et social. A cet égard, les Partenaires techniques et financiers (PTFs) félicitent le Gouvernement pour les efforts entrepris ces dernières années en matière de gouvernance et de réformes, attestés par le classement du Bénin dans le concert des pays ayant amélioré leur climat des affaires. Selon le rapport Doing Business publié par la Banque Mondiale, le Bénin se classe 151ème en 2018 sur les 190 économies mesurées, améliorant ainsi son rang de 4 positions par rapport à l’année 2016.

Les Partenaires du Bénin se félicitent des mesures prises courant 2016 et qui ont permis de maintenir l’économie béninoise sur le chemin de la croissance à 4% en 2016 et à un peu plus de 5% en 2017, et des performances encourageantes enregistrées dans de nombreux secteurs. Ils félicitent le gouvernement pour la mise en œuvre de programmes spécifiques visant à améliorer les conditions de bien-être social des populations, notamment le Projet Assurance pour le renforcement du capital humain (ARCH), le Programme d’hydraulique villageoise, la relance des programmes de micro-crédit aux plus pauvres, les mesures d’assainissement dans le domaine foncier, l’accès au financement, les cantines scolaires et les mesures visant la promotion de l’emploi et de l’entrepreneuriat des jeunes. Autant de mesures qui participent de la réduction de la pauvreté et des inégalités sociales et de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD). A cet égard, les Partenaires ont noté avec satisfaction l’engagement du gouvernement de se doter d’un Plan national de développement (PND) 2018-2025 et d’un Programme de Croissance pour le Développement Durable (PC2D), afin d’assurer la pleine réalisation des 3 dimensions économiques, sociales et environnementales du développement durable. Ils encouragent le gouvernement à accélérer la finalisation de ces importants outils de pilotage du développement en veillant également à assurer à la synergie et la cohérence entre ces deux documents de planification dans la perspective de la prise en compte des cibles des ODD prioritaires pour le Bénin et l’opérationnalisation de l’agenda de développement 2030 au Bénin.

Cependant, il serait opportun de relier les progrès notés dans le rapport de mise en œuvre du PAG aux objectifs globaux de développement notamment les cibles prioritaires des Objectifs de développement durable tels que la réduction de la pauvreté et des inégalités, l'insécurité alimentaire, la mortalité infantile, l’accès à l’eau potable, etc. pour lesquels le Gouvernement s’est engagé dans le cadre de l’Agenda international 2030 de développement.

Monsieur le Ministre d’Etat,
Messieurs les Membres du Comité de mobilisation,

Au-delà de ces progrès notables dont nous souhaitons ardemment qu’ils se prolongent dans le long terme pour des changements qualitatifs durables, il demeure que le Bénin doit relever un certain nombre de défis de développement. En attendant que les échanges de tout à l’heure permettent aux PTFs de revenir sur des préoccupations d’ordre sectoriel et/ou thématique, il me parait fort utile d’insister sur deux préoccupations essentielles.

Premièrement, il s’agit du mécanisme de dialogue de politique avec les Partenaires techniques et financiers. Les Partenaires constatent qu’en 2016 et en 2017, dans son ensemble, le dispositif institutionnel de coordination, de suivi et d’évaluation des politiques de développement n’a pas offert davantage d’opportunités d’échanges et de concertation. Pour les années à venir, les PTFs souhaiteraient mettre en œuvre avec le gouvernement un mécanisme conjoint de dialogue dans le cadre de suivi du PAG et ses déclinaisons sectorielles. Le rapport de mise en œuvre au 30 septembre 2017 du PAG identifie le Bureau d’Analyse et d’Investigation, les Unités présidentielles de suivi et le Comité de Coordination des Relations avec les Partenaires Publics-Privés comme les entités principales pour le suivi de la mise en œuvre du PAG. Cependant, à ce jour, ces unités ne sont pas encore formellement engagées avec les structures des PTFs qui existent pour établir une forme active de coordination. D’un autre côté, il y a le Comité de mobilisation des ressources qui a été mis sur pied au niveau du gouvernement.

Les PTFs souhaitent que cet exercice de revue et de dialogue soit formellement institué avec une périodicité bien définie. En outre, il serait utile d'avoir plus de précisions sur la manière dont les PTFs et le gouvernement suivront les progrès en collaboration avec le Bureau d’Analyse et d’Investigation ainsi que d'autres entités de suivi traditionnelles du gouvernement. Ce mécanisme, une fois qu’il est institué au niveau central, devrait avoir des ramifications au niveau sectoriel où les PTFs pourront également faire un suivi rapproché avec les acteurs de ce niveau-là.

Deuxièmement, la mobilisation des ressources pour le financement du développement reste une préoccupation importante. Le document de PAG comme le rapport de mise en œuvre au 30 septembre 2017 rappellent qu'environ 60% du financement du PAG proviendra des Partenariats Publics et privés (PPP). A juste titre, les PTFs saluent les efforts engagés par le gouvernement et qui lui ont permis de mobiliser de substantielles ressources pour le financement du projet de Grand Nokoué lors de la réunion des bailleurs intervenue à Paris en Janvier 2018. Étant donné que le succès du PAG dépendra en partie de la mesure dans laquelle ces ressources seront obtenues, il serait utile d'avoir plus de renseignements sur le niveau de ressources qui a été obtenu à ce jour, et une description des efforts déployés pour assurer que le pays obtiendra des fonds supplémentaires. Dans cet ordre d’idées, les PTFs se réjouissent de ce que, conformément au Plan d’Actions d’Addis-Abeba, le gouvernement vient d’adhérer à l’initiative des Nations Unies sur l’Evaluation du cadre de financement pour le développement (EFD) qui permettra au pays d’explorer toutes les opportunités de mobilisation de ressources financières aussi bien à l’interne qu’à l’externe.

Mesdames, Messieurs

Ce sont là quelques éléments saillants présentés sous la forme de préoccupation que nous souhaitons verser aux travaux de la présente réunion. Bien entendu, durant les discussions qui vont intervenir d’un moment à l’autre, mes collègues PTFs pourront intervenir pour des compléments qu’ils jugeront utiles sur des aspects de leur choix surtout au niveau des thématiques majeures pour le développement économique et social.

Je ne saurais conclure mon allocution sans renouveler mes remerciements aux plus hautes autorités de ce Pays en l’occurrence le Président de la République, aux membres du Gouvernement ici présents pour cette opportunité qu’ils ont a bien voulu offrir aux PTFs pour apporter leur contribution au processus de développement du Bénin. Par ma voix, les Partenaires Techniques et Financiers expriment leur disponibilité et renouvellent leur engagement de poursuivre et de renforcer leur partenariat avec les populations et le Gouvernement du Bénin.

Vive la communauté internationale,
Vive la coopération pour le développement inclusif au bénin,
Je vous remercie de votre attention.

 

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe