Clémence est une jeune entrepreneure béninoise, spécialisée dans la transformation des jus de fruits. Crédits photo : PNUD Bénin/ Roger Attemba


Au Bénin comme ailleurs dans le monde, les petites et moyennes entreprises sont de véritables créatrices d’emploi. Clémence est une jeune entrepreneure béninoise, spécialisée dans la transformation des jus de fruits. Avec un chiffre d’affaires de 50 millions de Fcfa, elle emploie 16 personnes (3 employés permanents et 13 occasionnels) et contribue à la croissance économique et au développement social. Le grand défi auquel se heurte son entreprise est l’accès au financement pour accroitre la production et satisfaire davantage sa clientèle.  

Styliste de formation, Clémence a développé une passion pour l’agroalimentaire. Une passion qu’elle hérite de son père, agriculteur.  « Lorsque j’étais au cours primaire, je me souviens d’une année de sécheresse que nous avions vécue. Mon père était un grand producteur de tomates. Il ne pleuvait pas au point où on était obligés d’arroser les cultures maraîchères en puisant de l’eau du puits. L’année d’après, les récoltes de tomates étaient fructueuses et on n’arrivait pas à écouler toute la production. Des tonnes de tomates pourrissaient sur les champs. C’est là que m’est venue l’idée de transformation des fruits pour éviter les pertes post récoltes ». Après avoir appris et exercé le métier de styliste pendant une dizaine d’année, Clémence a commencé à produire du yaourt, puis progressivement du jus d’ananas. A ses débuts, elle arrivait à transformer une tonne d’ananas en deux jours. Clémence s’est formée sur le tas et s’est professionnalisée au fil du temps.

Malgré la crise sanitaire de COVID-19, cette entrepreneure très engagée a pu produire 25 tonnes de jus de fruits en 2020. Son entreprise dénommée AS Green travaille avec des groupements de producteurs d’ananas organisés en cluster. Elle exporte 80% de ses produits vers le marché extérieur notamment le Niger, le Burkina, le Mali et le Sénégal ; et écoule les 20 % restants sur le marché local. Le contrôle de qualité sanitaire des produits de AS Green en vue de leur conformité avec les exigences internationales en matière d'innocuité des produits alimentaires est assuré par l’Agence Béninoise de Sécurité Sanitaire des Aliments (ABSSA).  Elle a obtenu la certification pour sept produits de AS GREEN à savoir du jus d’ananas, de gingembre, de pastèque, de mangue, de menthe, de baobab, de fruit de la passion.

Clémence fait partie des 1000 entrepreneurs, bénéficiaires du Projet de Développement de l’Agribusiness au Bénin (PDAB). Le PDAB est un projet appuyé par le gouvernement du Bénin, l’Inde et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) depuis 2018. Il est basé sur la valorisation du potentiel agricole du pays à travers la création d’emplois durables et d’entreprises agricoles viables visant la promotion des chaînes de valeur. L’approche d’accompagnement des entreprises est basée sur une coordination des interventions des structures spécialisées dans l’appui aux PME-PMI à savoir les SAE, les Intermédiaires en Opérations de Banque (IOB), les Agences Territoriales pour le Développement Agricole (ATDA), l’Agence Béninoise de Sécurité Sanitaire des Aliments (ABSSA), les Cabinets d’études, etc. ; une approche structurante du financement organisée par les IOB et les banques et les Systèmes Financiers Décentralisés et basée sur les garanties auprès du Fonds National de Développement Agricole (FNDA) ; un mécanisme post financement cohérent qui rassure par rapport à la rentabilité de l’entreprise et le remboursement des crédits.

Dans le cadre de la mise en œuvre du PDAB, 1000 entrepreneurs ont été sélectionnés, formés à l’esprit entrepreneurial et affiliés à différents réseaux, ou associations faîtières de producteur/transformateurs au niveau de la commune ou du département ; 450 jeunes promoteurs  sont formés sur les outils de gestion de l’entreprise et appuyés dans l’élaboration de leur plan d’affaire ; 411 dossiers d’entreprises ont été confiés aux IOB pour conduire les négociations avec les banques aux fins du financement des entreprises. Ces dossiers sont en cours d’étude pour financement.

« L’entrepreneuriat est rentable à condition que le fonds de roulement soit consistant. Un jour, j’ai reçu une commande de 9 millions de Fcfa, que je devrais livrer en un mois et démi. Par manque de fonds pour assurer la production, j’ai mis 5 mois avant de la livrer ».

La viabilité et le cycle de vie des Petites et Moyennes Entreprises (PME) demeurent une difficulté majeure au Bénin. Les quelques rares entreprises, qui existent doivent plutôt faire face à de nombreuses contraintes internes et externes (la prépondérance de l’informel, l’accès difficile au financement, l’inadéquation entre le financement disponible et les besoins de financement) qui entravent leur décollage. En dépit de toutes les négociations faites par le PDAB avec certaines banques de la place, celles -ci demeurent réticentes pour débloquer les crédits attendus en raison de leur évaluation du risque de crédit. A cette difficulté, il faut ajouter les conditions de financement, notamment les taux d’intérêt prohibitifs (environ 9%) et les garanties exigées. Des échanges sont en cours avec différentes parties prenantes pour lever ces contraintes.

Clémence a en perspective de délocaliser son entreprise, d’acquérir une chaîne plus grande pour les emballages, de diversifier sa production et conquérir de nouveaux marchés.

 

Icon of SDG 08

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global