Semis sur le site aménagé d'une superficie de 1,64 hectares à Damè en cours d'exploitation par 62 personnes dont la majorité est composée de femmes. Credit photo: PNUD Bénin

 

Le Comité Technique de Gestion (CTG) du Projet Moyens de Subsistance Durables (PMSD), l’instance intersectorielle chargée d’assurer l’orientation stratégique et la supervision de l’exécution des activités du projet, a tenu sa deuxième session de l’année du 29 au 30 juillet 2020 à Dassa. Appuyé par le Gouvernement du Bénin, le Fonds pour l’Environnement Mondial et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le PMSD vise à soutenir une agriculture résiliente, à mettre en place des moyens de subsistance durables et à réduire la vulnérabilité des communautés face aux effets néfastes des changements climatiques dans cinq communes du Bénin.

Les travaux de cette session du CTG conduits sous la présidence de la Secrétaire Générale Adjointe du Ministère du Plan et du Développement ont connu la présence du Directeur National du projet, M. Roger Tohoundjo, du Représentant Résident a.i. du PNUD au Bénin, M. Bouri Jean Victor Sanhouidi et du Maire de la commune de Savalou, M. Delidji Houindo.

Cette session a permis d’analyser les performances du projet au 30 juin 2020 et de formuler des recommandations à l'endroit de l'unité de gestion dudit projet. Il ressort de l’analyse des performances du projet au 30 juin 2020, que depuis son lancement en février 2018, le PMSD a pu toucher 3530 bénéficiaires dont 1037 femmes en termes d’utilisation des technologies agricoles adaptées aux changements climatiques. Il a appuyé quatre (4) communes sur cinq à prendre en compte les changements climatiques et le genre dans leur Plan de développement communal ; au total six (6) infrastructures d’eau sont en cours de réalisation à Kpakpalaré et Kadolassi à Ouaké, Damà et Aouiankanmè à Savalou, Kotan à Avrankou et Agbodji à Bopa. La réception de quatres infrastructures est effective. Les travaux ont démarré à Bopa dans le village d’Agbodji pour l’aménagement d’un site de 10 ha extensible au profit des populations. Les dispositifs d’irrigation ont été installés y compris la réalisation d’un forage qui a débouché sur une source d’eau artésienne. 503 personnes ont appris et pratiquent les techniques culturales résilientes au changement climatique promues par le projet. Au niveau des ouvrages d’eau mis en place, 423 personnes dont 317 femmes sont formées et ont adopté des pratiques résilientes telles que l’irrigation et les semences améliorées à cycle court dans le domaine du maraîchage.

 « C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai assisté pour la toute 1ere fois à la session du CTG du PMSD. Nous avons bon espoir que les performances seront atteintes à la fin de l’année », a déclaré Mme Crescentia Dossou Yaro, Secrétaire Générale Adjointe du Ministère du Plan et du Développement / Présidente du CTG.

En marge des travaux de la session du CTG, une visite de terrain a été effectuée dans les villages de Damè et Aouiankanmè pour d’une part, mieux apprécier les infrastructures réalisées par le projet pour les cultures de contre saison et d’autre part pour échanger avec les bénéficiaires du projet.

A Damè comme à Aouiankanmè, l’équipe de gestion du projet a eu l’accompagnement de la Mairie et du Conseil du village pour identifier le site. Après, l’option a été faite d’installer une retenue d’eau avec barrage. La Mairie a aidé dans la délivrance des actes de sécurisation du site. Une entreprise a été sélectionnée pour réaliser les infrastructures hydro agricoles. Il s’en est suivi la mobilisation des bénéficiaires et leur accompagnement sur un site aménagé à Aouiankanmè de 2,5 ha avec mise en place de système d’irrigation, leur formation et mise à disposition de semences à cycle court.

Chadrac Kossi, porte-parole des bénéficiaires du projet sur le site d’Aouiankanmè a remercié les partenaires du PMSD pour leur appui. « Nous avons commencé les activités ici au mois de février. Les formateurs sont venus renforcer nos capacités techniques. On avait certes certaines connaissances dans le domaine agricole. Mais nous avons acquis de nouvelles connaissances, que nous appliquons. Comme vous avez pu le constater sur le terrain, nous avons déjà effectué des récoltes. Nous sommes 149 exploitants agricoles installés sur ce site. Nous avons produit 1499 planches de légumes. Sur chaque kilogramme de légumes récoltés et destinés à la vente, nous collectons de l’argent, que nous mettons de côté pour des besoins ultérieurs et pour faire face à de petites réparations ».

M. Bouri Jean Victor Sanhouidi, Représentant Résident a.i. du PNUD au Bénin n’a pas manqué d’exprimer sa satisfaction. « J’ai beaucoup appris à travers nos échanges et la visite de terrain. Ce que j’ai vu m’a conforté que l’accompagnement que nous apportons est utile et que nous sommes sur le bon chemin, comme en témoignent les résultats sur le terrain. Nous avons l’engagement des autorités locales et cela nous encourage de poursuivre notre accompagnement ».

M. Delidji Houindo, Maire de la Commune de Savalou a rassuré les membres du CTG que les infrastructures réalisées seront utilisées à bon escient et que la durabilité des acquis sera assurée.

Icon of SDG 13

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Bénin 
Aller à PNUD Global